Accueil | Actualités | Médias | Le Groupe Sud-Ouest cherche à se moderniser
Pub­lié le 6 avril 2013 | Éti­quettes : , ,

Le Groupe Sud-Ouest cherche à se moderniser

Le Groupe Sud-Ouest cherche un nouvel actionnaire suite à ses difficultés économiques dans le but de se relancer dans le numérique.

Après avoir essuyé des pertes de 4,5 millions d’euros en 2012, après avoir vu sa diffusion baisser de 2,75 % et après avoir évoqué plus de 100 licenciements économiques afin de baisser la masse salariale, le GSO veut se relancer. Face à la crise des publicitaires et des ventes que connaissent tous les journaux, le groupe se dirige tout naturellement vers le numérique.

Ainsi ce dernier a-t-il chargé le cabinet PWC Corporate Finance d'une « levée de fonds à caractère minoritaire » pour financer cet investissement et espérer un renouveau, annonce Le Monde. Détenu par la famille de Jacques Lemoine (80 %), fondateur, et par les sociétés du personnel (20 %), il souhaiterait ainsi voir arriver un troisième acteur. « Notre objectif est d'arriver à une levée de fonds de 15 à 20 millions d'euros », a déclaré Olivier Gerolami, le PDG.

Faute de valorisation récente, nous ne connaissons pas le pourcentage que cela pourrait représenter. Cependant, selon Fabien Pont, gérant de la société civile des journalistes, « on pense qu'avec 15 millions on pourrait avoir 20 % ». Sachant que le groupe était estimé, en 2008, à près de 300 millions d’euros, cela pourrait être le marqueur d’une forte chute.

Malgré ses difficultés, Sud-Ouest reste le deuxième quotidien le plus lu en France, derrière Ouest France.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This