Accueil | Actualités | Médias | Le « Français de souche » comme les médias l’aiment
Pub­lié le 29 novembre 2014 | Éti­quettes : , , ,

Le « Français de souche » comme les médias l’aiment

Si prompts à dénoncer l'utilisation du terme « Français de souche », certains médias n'ont désormais plus que ce mot à la bouche.

La raison en est simple : il est utilisé pour souligner le profil d'origine (blanc et d’origine catholique ou athée) des Français convertis à l'islam partis faire le jihad en Syrie.

La Croix, Le Monde... n’hésitent ainsi plus à utiliser ce terme, jugé « nauséabond » il n’y a pas si longtemps, et parfois même sans utiliser de guillemets, comme l'a souligné récemment Jean-Yves Le Gallou dans l'émission « I-Média » sur TV Libertés.

« Les médias le reconnaissent parce que là il s'agit de mettre en scène des Français de souche dans un mauvais rôle, qui est celui de terroriste », explique le fondateur de Polémia. Et s'il reconnaît une « victoire sémantique » dans l’analyse de la réalité, ce dernier n'oublie pas que cela « illustre bien la malfaisance des médias de l'oligarchie car on nie cette expression quand les Français sont des victimes ».

Pour conclure, celui-ci remarque même qu'« on n'a jamais autant utilisé le mot "Français" que pour parler de djihadistes ». Il y a des termes qui ne trompent pas...

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This