Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le Figaro, Le Monde et les faits divers, quand l’information fait peur aux journalistes

10 février 2021

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le Figaro, Le Monde et les faits divers, quand l’information fait peur aux journalistes

Le Figaro, Le Monde et les faits divers, quand l’information fait peur aux journalistes

Le Figaro a récemment modifié son pôle consacré aux faits divers. Depuis le 11 janvier 2021 ces derniers prennent plus de place sur leur site internet. À la surprise du reste de la rédaction, 4 journalistes titulaires ainsi qu’un jeune en contrat de professionnalisation ont été embauchés spécialement pour ce service.

Le Monde et la « psychose sécuritaire »

C’est Le Monde qui a réa­gi en pre­mier en s’alarmant de ce remaniement. Prenant en exem­ple des faits divers par­ti­c­ulière­ment vio­lents relatés par le Figaro, la jour­nal­iste du Monde s’effraie et s’interroge sur la volon­té de racon­ter des his­toires sanglantes aux lecteurs. Il y aurait là une « volon­té d’entretenir une psy­chose sécu­ri­taire ». Selon elle cette nou­velle cel­lule de faits divers n’a rien d’anodin et pré­par­erait le ter­rain pour l’élection prési­den­tielle. Bigre, l’affaire est sérieuse.

Surveillance entre confrères

L’attaque se pour­suit insi­dieuse­ment et plus loin dans l’article du Monde on peut lire que les pre­miers arti­cles pro­duits par cette nou­velle cel­lule « ont par­fois lais­sé dubi­tatif ». Plus loin encore « on a tous débuté un jour […] Mais quand le tra­vail de véri­fi­ca­tion est insuff­isant, c’est à la chef­ferie de renon­cer à cer­tains papiers. ». Mais alors qu’est-ce à dire ? Le Figaro emploie des ama­teurs ? Il ne con­trôle pas le tra­vail de ses salariés ? Il ne prend pas la peine de cen­sur­er les informations ?

C’est ce qu’il faut com­pren­dre de l’article du Monde. Le quo­ti­di­en du soir,  inca­pable de voir la réal­ité en dehors de son prisme idéologique, fait pass­er un fait divers banal, quo­ti­di­en de beau­coup de français, pour un véri­ta­ble film d’épouvante à ne dif­fuser sous aucun pré­texte. Que les âmes sen­si­bles s’abstiennent d’aller lire la rubrique faits divers du Figaro, les infor­ma­tions pro­posées sont ori­en­tées sécu­ri­taire­ment et on pou­vait encore y lire le 8 févri­er 2021 qu’une octogé­naire vic­time d’un infarc­tus a été sauvée par un incon­nu. Avec ce genre de nou­velle en libre cir­cu­la­tion, nul doute que Le Monde a de quoi trem­bler ; mais en atten­dant le monde, le vrai, con­tin­uera de tourner.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.