Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le faux évêque de Cracovie de France Télévisions : tout est bon pour discréditer le gouvernement polonais…

24 juillet 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Le faux évêque de Cracovie de France Télévisions : tout est bon pour discréditer le gouvernement polonais…

Le faux évêque de Cracovie de France Télévisions : tout est bon pour discréditer le gouvernement polonais…

Pre­mière dif­fu­sion le 22 mai 2018

« L’évêque de Cracovie est certes opposé à l’avortement mais, dans “Avenue de l’Europe” du 16 mai 2018, il porte un jugement sans appel sur l’état de son pays. À 82 ans, Tadeusz Pieronek a connu le régime communiste polonais, puis l’ouverture à l’ouest. Voici son diagnostic sur la situation actuelle : “On peut parler de dérive autoritaire. Il n’y a plus de démocratie en Pologne. C’est une illusion de démocratie.” »

Voilà pour la présen­ta­tion de l’émission de France 3 sur le site de France Info. La couleur est annon­cée dans le cha­peau, juste sous le titre « “Il n’y a plus de démoc­ra­tie en Pologne” : l’évêque de Cra­covie dénonce la dérive autori­taire du régime » : « Gou­vernée par un par­ti ultra­con­ser­va­teur qui s’at­taque à la sépa­ra­tion des pou­voirs et aux lib­ertés civiques, la Pologne est-elle encore une démoc­ra­tie ? Dans cet extrait du mag­a­zine “Avenue de l’Eu­rope” du 16 mai 2018, voici le ver­dict, cinglant, de l’évêque de Cra­covie. » Pre­mière phrase de l’extrait en ques­tion : « L’évêque de Cra­covie est évidem­ment con­tre l’avortement, mais lui aus­si est en colère. »

Ce n’est qu’à la minute 0’59 (sur 1’11) que l’on voit s’afficher en bas de l’écran « Tadeusz Pieronek Évêque du diocèse de Cra­covie ». Car si Mgr Tadeusz Pieronek est bien rat­taché au diocèse de Cra­covie, il n’y est qu’évêque émérite. Cra­covie est la ville où il a suivi les cours du sémi­naire et où il a tra­vail­lé comme prêtre et comme uni­ver­si­taire une bonne par­tie de sa vie. Con­sacré évêque en 1992 par Saint Jean-Paul II, il a alors été évêque aux­il­i­aire du diocèse de Sos­nowiec puis a exer­cé dif­férentes fonc­tions auprès de l’archevêque de Cra­covie, archevêché qu’il n’a jamais dirigé et où il n’a même pas été évêque aux­il­i­aire. Mgr Pieronek était secré­taire général de la Con­férence épis­co­pale polon­aise dans les années 1993–98 et est aujourd’hui à la retraite. Il y a peu, il était encore mem­bre du con­seil de la Fon­da­tion Ste­fan Bato­ry fondée et financée par le mil­liar­daire améri­cain George Soros.

L’archevêque de Cra­covie, ce n’est pas Mgr Tadeusz Pieronek, con­traire­ment à ce que cherche à faire croire France Télévi­sions, mais Mgr Marek Jędraszews­ki qui, comme la con­férence épis­co­pale de son pays, ne partage pas for­cé­ment les vues de Tadeusz Pieronek. Mgr Pieronek est en effet très engagé en poli­tique et il est sans doute l’un des évêques de Pologne les plus à gauche, ce que le jour­nal­iste de France 3 ne pré­cise pas. Ain­si, quand il cri­tique pour la télévi­sion française la « pan­théon­i­sa­tion » du prési­dent Lech Kaczyńs­ki au château du Wawel, à Cra­covie, il con­teste par là-même sans le dire la déci­sion de l’archevêque de Cra­covie en poste en 2010, le car­di­nal Stanisław Dzi­wisz.

« Ici se trou­ve la métro­pole des rois de Pologne, pas des prési­dents », se plaint Pieronek qui omet de pré­cis­er que le corps du maréchal Józef Pił­sud­s­ki, dirigeant de la Pologne en 1918–22 puis deux fois pre­mier min­istre pen­dant l’Entre-deux-guerres, s’y trou­ve aus­si. Mais si Mgr Pieronek proteste con­tre cela, c’est aus­si pour enchaîn­er en affir­mant que « dans le pays, tous les pou­voirs sont désor­mais entre les mains d’une seule per­son­ne, son frère, Jarosław Kaczyńs­ki » (le leader du PiS, le par­ti majori­taire au par­lement).

Les Polon­ais ne seront pas sur­pris de cette déc­la­ra­tion de la part d’un évêque émérite con­nu pour son hos­til­ité au PiS, qui gou­verne depuis l’automne 2015 en Pologne. En jan­vi­er dernier, il avait affir­mé face à un jour­nal­iste, que « l’on sent en Pologne la puan­teur du fas­cisme, du racisme, du com­mu­nisme et du nation­al­isme mal com­pris ». Depuis 2016, l’évêque émérite Tadeusz Pieronek a vio­lem­ment cri­tiqué plusieurs réformes du gou­verne­ment du PiS. En novem­bre 2017, la con­férence épis­co­pale de Pologne s’est désol­i­darisée de ses déc­la­ra­tions sur « l’héroïsme » d’un homme qui s’était immolé par le feu en plein cen­tre de Varso­vie après avoir dis­tribué aux pas­sants un man­i­feste poli­tique pour pro­test­er con­tre le gou­verne­ment du PiS et con­tre le fait que les man­i­fes­ta­tions de l’opposition atti­raient de moins en moins de monde. La con­férence des évêques avait alors pub­lié un rap­pel de l’enseignement de l’Église sur le sui­cide. Plus récem­ment, en avril dernier, Mgr Pieronek a cri­tiqué le sou­tien par la con­férence épis­co­pale du pro­jet de loi citoyen con­tre l’avortement eugénique.

C’est dire que cet évêque n’est ni « l’évêque de Cra­covie » ni même en phase avec l’ensemble de l’épiscopat polon­ais, même si pour don­ner de la crédi­bil­ité à « l’évêque de Cra­covie » que s’est choisi France Télévi­sions, l’on nous dit d’abord, en par­lant de Tadeusz Pieronek : « L’évêque de Cra­covie est certes opposé à l’a­vorte­ment »…

Pho­to : cap­ture d’écran vidéo France Télévi­sions (0,59 sec)

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision