Accueil | Actualités | Médias | Le CSA prend position sur la neutralité du web
Pub­lié le 8 juillet 2014 | Éti­quettes : , ,

Le CSA prend position sur la neutralité du web

Comme le rapporte Le Monde, le président du CSA Olivier Schrameck a déclaré qu'il fallait « en finir avec la conception absolutiste de la neutralité du web ».

Une phrase lourde de sens, prononcée lors des journées de l'Association de la promotion de l'audiovisuel (APA) ce jeudi 3 juillet. En effet, l'égalité de traitement entre tous les flux de données sur internet est de plus en plus attaquée ces derniers mois. L'arrivée sur le marché de l'audiovisuel français de nouveaux acteurs comme Netflix, ou plus généralement Youtube et Dailymotion, en dérange plus d'un.

En cause, ces derniers ne sont pas soumis aux mêmes règles de financement de la création que les acteurs traditionnels de l'audiovisuel, pénalisés par les règles actuelles, en plus de consommer une partie importante de la bande passante.

En parallèle de l'allocution d'Olivier Schrameck, Thomas Anargyros, président de l'Union syndicale de la production audiovisuelle, a plaidé lors des mêmes journées de l'APA pour la création d'une « forme de péage sur des acteurs comme Netflix, qui consomment à certains moments 80% de la bande passante ».

La réflexion serait déjà en cours au gouvernement, rapporte Le Monde, dans le but de « donner la possibilité aux opérateurs de faire payer les acteurs qui prennent beaucoup de place sur les réseaux ». Un avis visiblement partagé par le président du CSA.

Voir notre dossier : Comment le CSA veut restreindre les libertés sur internet

Crédit photo : Manuelle Toussaint (source : CSA.fr)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux