Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Le clergé médiatique et la libération de Sophie Pétronin
Le clergé médiatique et la libération de Sophie Pétronin

17 octobre 2020

Temps de lecture : 3 minutes

Accueil | Veille médias | Le clergé médiatique et la libération de Sophie Pétronin

Le clergé médiatique et la libération de Sophie Pétronin

Le clergé médiatique et la libération de Sophie Pétronin

Nous reproduisons un article de notre confrère Orient-Ations, numéro 304 du 12 octobre 2020 de l’Observatoire Géostratégique, sur la libération du dernier otage français au Mali, l’humanitaire Sophie Pétronin, libérée le 8 octobre. Certains intertitres sont de notre rédaction.

« Après qua­tre longues et pénibles années de déten­tion par le Jamad Nos­r­tat al-Islam wal-Mous­lim, le Groupe de sou­tien à l’Islam et aux musul­mans (prin­ci­pale alliance dji­hadiste au Sahel lié à Al-Qaï­da), Sophie Pétron­in, human­i­taire enlevée au Mali est enfin libre, rel­a­tive­ment en bonne san­té à 75 ans, le 8 octo­bre 2020. Tout citoyen français ne peut que se réjouir de cet heureux dénoue­ment qui con­cerne égale­ment une per­son­nal­ité mali­enne Soumaïla Cis­sé, deux ital­iens et un prêtre. Sa famille qui a alerté les pou­voirs publics, les a vive­ment crédités, pris des con­tacts avec des inter­mé­di­aires proches des ravis­seurs (dont on ne nous par­le peu), va pou­voir retrou­ver sa fille prodigue et inconsciente.

Un peu de bon sens géopolitique

Cette bonne nou­velle doit être tem­pérée par quelques remar­ques de bon sens. Cette affaire met en lumière l’irresponsabilité de ce que l’on qual­i­fie « d’humanitaires » mais qui ne sont que des agents faisant du social ou du médi­cal en Afrique, six décen­nies après l’indépendance de ces États. Nous avons vu ce qu’il en a coûté à quelques jeunes exaltés au Niger, cet été. On croit rêver en enten­dant Sophie Pétron­in man­i­fester son désir de retourn­er sur les lieux où elle a été enlevée alors même qu’elle avait échap­pé à une ten­ta­tive d’enlèvement en 2012 à Go où elle n’aurait pas que des amis. Man­i­feste­ment, cette idéal­iste ne com­prend rien à la géopoli­tique et à la doc­trine des islamistes et salafistes au Sahel et par­ti­c­ulière­ment au Mali à l’égard des Français. Même si la France répète mécanique­ment qu’elle ne paie jamais de rançons pour libér­er des otages – men­songe d’État par excel­lence -, il serait intéres­sant de savoir com­bi­en auront coûté aux con­tribuables français les illu­mi­na­tions de cette Dame Pétron­in au grand cœur et à la cervelle d’oiseau durant ces qua­tre années. Hor­resco ref­er­ens ! On ne vous le dira jamais de peur d’alimenter les extrêmes.

Militaires amers

Nos mil­i­taires de la force « Barkhane », qui font la chas­se aux dji­hadistes dans des con­di­tions prob­lé­ma­tiques (45 d’entre eux ont déjà per­du la vie dans cet « Afghanistan de prox­im­ité » depuis 2013), ont dû appréci­er à sa juste valeur, la libéra­tion de cen­taines de dji­hadistes, aux­quels ils font la chas­se, pour récupér­er une seule exaltée française. Dji­hadistes qui s’empresseront d’aller com­bat­tre les méchants français colonisa­teurs qui pil­lent leur pays, tout en leur imposant leur mode de vie occi­den­tal. Que ce soit en Afrique ou en France. Pourquoi les Africains qui font du social en France ne le feraient pas dans leur pays et les Français dans l’Hexagone ? Ce serait plus logique et plus cohérent. En dernière analyse, la farce Pétron­in repose à nou­veau la ques­tion de l’opportunité et de l’intérêt de notre présence mil­i­taire dans le Sahel. Bien évidem­ment, toutes ces ques­tions ne seront pas soulevées sur les chaînes d’abrutissement en con­tinu et encore moins par les députés de la République en godil­lots et en déroute. « En ces temps d’imposture uni­verselle, dire la vérité est un acte révo­lu­tion­naire » (George Orwell).

Le précédent Françoise Claustre

Pm : il se dit que le prési­dent de la République, Valéry Gis­card d’Estaing aurait con­vo­qué l’otage Françoise Claus­tre (« la pris­on­nière du désert », enlevée en 1974 et retenue pen­dant trois ans au Tchad dans une zone où il lui était inter­dit de se ren­dre) dans son bureau pour lui faire part de la fac­ture mon­strueuse de sa libéra­tion, lui deman­der de se faire oubli­er, de ne rien dire et écrire sur son aven­ture. Ce qu’elle fit scrupuleuse­ment, con­sciente de sa respon­s­abil­ité dans son enlève­ment. Elle est décédée en 2006.

La communication du clergé médiatique

Une fois de plus, sur tous ces sujets, notre vénéré clergé médi­a­tique ne fait pas son tra­vail : inves­ti­ga­tion, recoupe­ment, ques­tion­nement cri­tique sur les ten­ants et aboutis­sants d’affaires com­plex­es. Nos per­ro­quets à carte de presse ne pensent plus. Ils se con­tentent de repren­dre les élé­ments de lan­gage que leur ont con­coc­tés les hordes de com­mu­ni­cants qui évolu­ent dans les allées du pou­voir. Quant à nos dirigeants, honte à eux qui con­duisent la France à la cat­a­stro­phe en chan­tant sur l’air des lam­pi­ons. Ils ont oublié que gou­vern­er, c’était prévoir, pren­dre ses respon­s­abil­ités avec courages, main­tenir un cap avec une bous­sole en lieu et place de faire de la com’ à out­rance. La devise de la République « Lib­erté, égal­ité, fra­ter­nité » ne sig­ni­fie plus rien. Elle devrait être rem­placée par « Autorité, respon­s­abil­ité, courage ». Y’a pas que de mau­vais­es nou­velles ! Mais, il en a quelques-unes qui méri­tent d’être relevées dans l’intérêt général… »

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.