Accueil | Actualités | Médias | « Le 1 », un nouvel hebdomadaire lancé malgré la crise
Pub­lié le 16 avril 2014 | Éti­quettes : , ,

« Le 1 », un nouvel hebdomadaire lancé malgré la crise

Alors que l'actualité ne cesse de mettre en exergue les difficultés de la presse française, l'ancien directeur du Monde, Éric Fottorino, a décidé de lancer, depuis le 9 avril, un nouvel hebdomadaire dont la spécificité sera de ne consacrer chacun de ses numéros qu'à un seul sujet.

Présenté comme « une nouvelle expérience de presse », « Le 1 » comporte huit pages et une seule feuille de papier à déplier par le lecteur pour passer du format A4 au format A1.

S'il se veut « original et percutant », ouvrant ses colonnes à une « pluralité d'opinions », l'hebdomadaire semble toutefois largement marqué du sceau de la gauche sociétale puisque, outre l'ancien directeur du « quotidien de référence », le principal actionnaire du titre est Henry Hermand, une figure du monde de la presse, actuellement administrateur du think tank proche du PS « Terra Nova »…

« Le 1 est né d'une envie forte de faire table rase, de repartir de zéro en s'interrogeant sur la crise de la presse papier. Notre conviction est que le papier n'a pas dit son dernier mot si on réinvente son contenu », a notamment expliqué Éric Fottorino,

Inspiré du modèle de l'italien « Il Foglio », le journal devrait accueillir un aréopage prestigieux mais assez peu original constitué notamment d'Edgar Morin, Michel Rocard, Élisabeth Badinter, Régis Debray, Erik Orsenna et Tahar Ben Jelloun...

Voir aussi : Éric Fottorino, portrait

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This