Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Laurent Joffrin par défaut à Libération
Publié le 

9 juillet 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Laurent Joffrin par défaut à Libération

Laurent Joffrin par défaut à Libération

Le résultat du vote, qui s’est tenu mercredi 3 juillet à Libération concernant la nomination de Laurent Joffrin en tant que directeur de la rédaction, ne trompe pas. Une courte majorité (52,8%) s’est prononcée en sa faveur, une forte minorité votant contre (47,2%). Même si celui qui sera conjointement le PDG du titre n’a pas fait l’objet d’un véto (plus de 60% contre), le retour de Joffrin n’enthousiasme guère une partie importante des quelque 220 journalistes. A preuve, en 2006, lors de son troisième passage à Libération, déjà comme PDG, 63% de la rédaction l’avait plébiscité. Aujourd’hui, les raisons de ce vote mi-figue-mi-raisin sont variées.

En pre­mier lieu, l’ex directeur de la rédac­tion du Nou­v­el obser­va­teur, n’in­car­n­erait pas le renou­veau atten­du pour Libéra­tion. Le quo­ti­di­en est en crise finan­cière (2,5 mil­lions d’eu­ros de pertes en 2013), man­agéri­ale et action­nar­i­ale depuis octo­bre 2013. Lau­rent Jof­frin, revient pour la qua­trième fois dans l’im­meu­ble de la rue Béranger. L’ensem­ble de sa car­rière a été mar­quée par des allers et retours entre Libéra­tion et Le Nou­v­el obser­va­teur. De sur­croît, Jof­frin n’au­rait pas lais­sé que des bons sou­venirs en interne, même s’il a redressé le jour­nal, avec Natal­ie Collin, entre 2006 et 2011. Il serait jugé par nom­bre de rédac­teurs de Libéra­tion comme l’arché­type du jour­nal­iste parisian­iste et, par­fois, de con­nivence avec les puis­sants. “Le con­traire du patron de rédac­tion, “addict” d’in­ves­ti­ga­tion et d’en­quêtes”, jugent plusieurs sources en interne. Son âge, 62 ans, et le peu d’ap­pé­tence pour les nou­velles tech­nolo­gies dont il a fait preuve pen­dant les trois ans passées au Nou­v­el obser­va­teur, ne plaideraient pas non plus en sa faveur.

Le choix de Johan Huf­nagel, comme adjoint, a juste­ment été opéré pour gom­mer ce mail­lon faible numérique. Le co-fon­da­teur de Slate.fr, âgé de 45 ans, est un spé­cial­iste de l’in­for­ma­tion dig­i­tale. Il a égale­ment été rédac­teur en chef adjoint de Liberation.fr jusqu’en 2006, avant de démis­sion­ner pour rejoin­dre 20minutes.fr. Reste que son arrivée non plus ne ferait pas l’u­na­nim­ité, après un pas­sage con­trasté à la tête du site. Son lead­er­ship man­agér­i­al aurait été jugé insuff­isant.

De ce con­stat émer­gent en troisième lieu des doutes sur la capac­ité réelle du duo à men­er à bien les lourds dossiers qui l’at­ten­dent. Grosso modo, Jof­frin et Huf­nagel doivent faire com­plète­ment bas­culer Libéra­tion dans l’ère numérique. Trois signes forts attes­tent de cette nou­velle feuille de route. Les rédac­tions print et web fusion­neront au 15 sep­tem­bre. Alors que la col­lab­o­ra­tion fonc­tionne encore actuelle­ment au coup par coup, au tra­vers notam­ment de “Hubs” par ser­vices, la pub­li­ca­tion mul­ti­mé­dia devra con­stituer une réal­ité dans deux mois seule­ment. Elle néces­sit­era la mise en place d’une poli­tique ser­rée d’ar­bi­trage au niveau du choix des canaux de dif­fu­sion de l’in­for­ma­tion. Les aspects tech­niques seront aus­si revus, avec la fusion des deux sys­tèmes actuels d’in­for­ma­tion pour le print et pour le web. Autre élé­ment du change­ment, la refonte de Liberation.fr est égale­ment prévue à la ren­trée. D’ores et déjà, la ver­sion actuelle héberge Radio Libé, lancée le 1er juil­let. La web radio, pour laque­lle Pierre Fraiden­raich, le directeur opéra­tionnel, a obtenu une fréquence auprès du bou­quet Goom, a voca­tion à pass­er sur la radio numérique ter­restre (RNT) au sec­ond semes­tre.

En con­fi­ant les rênes à Jof­frin et Huf­nagel, les action­naires de Libéra­tion n’ig­no­raient évidem­ment pas ces faib­less­es. Ils ont néan­moins préféré ce tan­dem qui con­naît la mai­son à l’aven­ture avec un duo venu de l’ex­térieur, qui aurait été du reste prob­a­ble­ment reto­qué par la rédac­tion.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision