Accueil | Actualités | Médias | La Tribune sort du placard et proclame son amour LGBT
Pub­lié le 13 août 2019 | Éti­quettes : ,

La Tribune sort du placard et proclame son amour LGBT

Première diffusion le 26/05/2019

Sous un titre tonitruant « Sortir du placard » et par une campagne d’affichage agressive, La Tribune du 17 mai 2019 tente de préempter le public homosexuel et assimilés rassemblés sous le sigle LGBT+ (trans, neutres, la liste s’allonge chaque jour).

Le rôle modèle LGBT anglo-saxon

L’exemple sera toujours anglo-saxon, et le journal de Jean-Christophe Tortora ne fait que suivre l’exemple du Financial Times qui publie depuis 2013 avec « OUTstanding » une « liste de rôles modèles LGBT+ dans les entreprises du monde entier ». Nous avouons notre ignorance devant ce qu’est un «rôle modèle LGBT+ » mais il est licite de faire des hypothèses.

Hypothèse un : favoriser les LGBT+ (ne pas oublier le+) dans les embauches et les promotions dans l’entreprise, au titre de la discrimination positive. Des annonces pourraient être ainsi rédigées : « recherche directeur marketing LGBT+ pour entreprise de construction, sérieuses références LGBT+ exigées, hétérosexuels s’abstenir ». Un DRH pourrait ainsi constituer une équipe 100% LGBT+. La Tribune pourrait de son côté trouver un vivier sexuellement correct en publiant ses annonces de recrutement exclusivement dans la presse spécialisée en ligne.

Hypothèse deux : mettre en évidence les réussites des PDG LGBT+ en publiant des publireportages mêlant agréablement vie privée (enfants conçus par GPA, mariages de même sexe en blanc) et réussite professionnelle. Il faudra pour cela constituer une liste de quelques centaines de chefs d’entreprise à succès en excluant soigneusement ceux qui pourraient être soupçonnés d’hétérosexualité. Un prix du « Leader de l’année LGBT+ en entreprise » pourrait être décerné chaque année par le quotidien économique.

Hypothèse trois : encourager l’outing de manière systématique. Des primes ou des avantages en nature pourraient être accordés à ceux qui ont le courage – comme le recommande l’éditorial - d’assumer leur LGBT+ devant la machine à café. Et pour le fameux +, pourquoi éliminer l’amour de nos amis les animaux ? Passer le week-end en amoureux avec son panda ne devrait plus faire lever les sourcils.

Le poids des mots sans le choc des photos

Comme le souligne l’éditorial du Président du quotidien « Nous avons délibérément choisi le poids des mots, sans le choc des photos. Pour ENCourager un changement des mentalités et aider ceux qui le souhaitent à « sortir du placard » ». L’affiche coupe le mot ENCourager au milieu pour garder un suggestif ENC, ce qu’en terme de communication on appelle une accroche. Sans oublier – ça ne peut pas faire de mal – un appel républicain : « nous voulons rappeler que l'entreprise aussi doit défendre les valeurs de la République et que c'est la responsabilité de ses managers d'en faire un principe d'action au quotidien ». D’aucuns y verront un ENCouragement un peu excessif, sans DEC.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This