Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La télévision publique allemande ZDF condamnée en Pologne pour révisionnisme
Publié le 

23 janvier 2017

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | La télévision publique allemande ZDF condamnée en Pologne pour révisionnisme

La télévision publique allemande ZDF condamnée en Pologne pour révisionnisme

S’il est une expression qui met en colère les Polonais, c’est celle de « camps de la mort polonais » ou « camps de concentration polonais » parfois utilisée dans les médias internationaux pour parler des camps de concentration allemands dans la Pologne occupée pendant la Deuxième guerre mondiale.

Les fau­tifs expliquent générale­ment cela par un rac­cour­ci phraséologique, « polon­ais » voulant dire ici « situés en Pologne occupée ». Mais vu de Pologne, cela s’inscrit dans un dis­cours qui tend à vouloir faire porter une par­tie de la respon­s­abil­ité de la Shoah aux Polon­ais dont le gou­verne­ment en exil à Lon­dres et son Armée de l’intérieur qui lut­tait con­tre l’occupant en Pologne n’ont pour­tant jamais col­laboré avec les nazis et avaient même une organ­i­sa­tion spé­ciale pour venir en aide aux juifs per­sé­cutés, la Com­mis­sion d’aide aux juifs. Sans par­ler du fait que des résis­tants polon­ais se sont volon­taire­ment fait envoy­er dans des camps de con­cen­tra­tion pour voir ce qui s’y pas­sait, faisant par­venir par le lieu­tenant Jan Kars­ki (qui s’était lui-même intro­duit deux fois dans le ghet­to de Varso­vie) l’information sur le géno­cide en cours au prési­dent améri­cain en per­son­ne. Après avoir ren­con­tré le min­istre des Affaires étrangères bri­tan­nique pour l’alerter sur l’extermination des juifs en Pologne, Jan Kars­ki a en effet remis en mains pro­pres son rap­port et un appel à l’aide des juifs à Franklin Delano Roo­sevelt le 28 juil­let 1943. Au nom du gou­verne­ment polon­ais en exil, le lieu­tenant Kars­ki a pro­posé que les Alliés adressent un ulti­ma­tum à Hitler en menaçant de bom­barder les pop­u­la­tions civiles alle­man­des et qu’ils bom­bar­dent les nœuds fer­rovi­aires par où pas­saient les trains emmenant les juifs dans les camps de con­cen­tra­tion, mais les Alliés avaient d’autres pri­or­ités ou n’ont pas voulu croire les Polon­ais. En 2012, Jan Kars­ki a été décoré post-mortem de la Médaille de la Lib­erté par le prési­dent Barack Oba­ma au cours d’une céré­monie pen­dant laque­lle le prési­dent améri­cain a lui aus­si par­lé de « camps de con­cen­tra­tion polon­ais », lais­sant un goût amer aux Polon­ais.

Une loi en dis­cus­sion depuis l’année dernière au par­lement de Varso­vie ferait de l’allusion aux « camps de con­cen­tra­tion polon­ais » un délit de révi­sion­nisme pas­si­ble d’une peine de prison au même titre que la néga­tion de l’Holocauste.

Par­al­lèle­ment, en décem­bre 2016, la télévi­sion publique alle­mande ZDF a été con­damnée par la Cour d’appel de Cra­covie à présen­ter ses excus­es et dédom­mager le Polon­ais Karol Ten­dera, un rescapé d’Auschwitz aujourd’hui âgé de 95 ans, pour avoir par­lé en 2013 à pro­pos d’une émis­sion d’Arte de « camps de la mort polon­ais ». La ZDF s’est bien exé­cutée le 23 décem­bre, mais à recu­lons : les excus­es ont été placées dans un endroit peu vis­i­ble, tout en bas de la page d’accueil de son site Inter­net, sous le titre « Excus­es auprès de Karol Ten­dera » (Entschuldigung bei Karol Ten­dera). Ce n’est que lorsque l’on clique sur ce titre énig­ma­tique que l’on peut voir s’afficher le texte des excus­es au for­mat image, ce qui le rend invis­i­ble aux moteurs de recherche.

Face à une telle mau­vaise volon­té qui ferait presque penser que la télévi­sion ZDF a util­isé volon­taire­ment la for­mu­la­tion « camps de la mort polon­ais », de nom­breux inter­nautes polon­ais se sont mis à com­menter les arti­cles du site Inter­net et de la page Face­book de ZDF en affichant des images de camps de con­cen­tra­tion avec des mes­sages en anglais dans le style : « camps de la mort alle­mands, pas polon­ais, sou­venez-vous ! ». Ce mou­ve­ment s’est accom­pa­g­né d’une cam­pagne de hash­tags #Ger­man­Death­Camps #Ger­man­Not­Nazi #Ger­man­Not­Pol­ish (camps de la mort alle­mands / alle­mands pas nazis / alle­mands pas polon­ais).

On pour­rait logique­ment penser que, face à cette réac­tion, la télévi­sion publique alle­mande cor­rig­erait le tir, mais pas du tout ! Elle a au con­traire entre­pris de sup­primer et blo­quer tous les mes­sages provenant d’utilisateurs affichant les inscrip­tions lui rap­pelant que les camps de con­cen­tra­tion en Pologne étaient alle­mands et que les Alle­mands y exter­mi­naient les juifs et tzi­ganes polon­ais et non polon­ais et qu’ils y ont aus­si tués de nom­breux Polon­ais non juifs.

La ZDF n’en est pas à son pre­mier fait de révi­sion­nisme. Début 2013, elle avait pro­duit et dif­fusé le télé­film « Nos mères, nos pères » (Unsere Müt­ter, unsere Väter) sur les tribu­la­tions d’un groupe de jeunes sol­dats alle­mands de la Wer­ma­cht entre 1941 et 1945. Ce télé­film avait lui aus­si fait scan­dale en Pologne, car il présen­tait la résis­tance polon­aise comme net­te­ment plus anti­sémite que les sol­dats de la Wehrma­cht avec notam­ment une scène inven­tée de toutes pièces ou une unité de l’Armée de l’intérieur polon­aise (AK), après avoir décou­vert que le train qu’elle venait de cap­tur­er trans­portait des juifs vers un camp de con­cen­tra­tion, avait décidé de les aban­don­ner à leur triste sort. Dans une autre scène, les sol­dats de l’AK affir­maient : « Les juifs, nous on les noie comme on fait avec les chats ». Mal­gré les cri­tiques vir­u­lentes en Pologne con­tre ce film, la télévi­sion publique polon­aise TVP avait décidé de l’émettre en juin 2013 pour per­me­t­tre à ses téléspec­ta­teurs de juger par eux-mêmes, créant elle aus­si la polémique.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision