Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La presse payante s’autocélèbre

13 février 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | La presse payante s’autocélèbre

La presse payante s’autocélèbre

Réunis vendredi 8 février pour présenter une étude sur les « contrats de lecture », sept grands patrons de presse ont vanté les bienfaits du modèle de l’information payante, tout en insistant sur la nécessité partielle du gratuit.

Suite aux résul­tats de cette étude qu’ils avaient com­mandé, les patrons des jour­naux Le Monde, Le Figaro, Les Échos, La Croix, L’Équipe, Libéra­tion et Le Parisien-Aujour­d’hui en France sont unanimes : le fait de pay­er l’information est un gage de qual­ité pour le lecteur. En effet, ces derniers pensent que l’information payante per­met d’approfondir les sujets, tan­dis que la gra­tu­ité n’offre que du « break­ing-news ». Les directeurs des grands quo­ti­di­ens nationaux parta­gent cette analyse et insis­tent sur l’utilité du gra­tu­it, pour attir­er le lecteur, et surtout les jeunes, vers le payant, plus dévelop­pé.

Con­cer­nant les jour­naux entière­ment gra­tu­its comme Métro ou 20 Min­utes, seuls 2 % des sondés con­sid­èrent leur infor­ma­tion comme étant de qual­ité. Mais les gra­tu­its ont protesté, arguant que l’étude n’avait pas pris en compte les lecteurs exclusifs de leurs jour­naux, et que la gra­tu­ité avait per­mis de touch­er un lec­torat plus jeune que celui, vieil­lis­sant, des quo­ti­di­ens payants.

Mais ce que les grands quo­ti­di­ens payants, qui ont relayé cette infor­ma­tion, ten­tent de dis­simuler, c’est qu’au final, seuls 25 % des lecteurs esti­ment que l’information payante qui leur est pro­posée est de qual­ité ! Ain­si, out­re les con­clu­sions intéres­santes tirées de cette étude, qui sait lire entre les lignes aura com­pris le pro­fond dés­in­térêt et le manque de con­fi­ance crois­sant qu’expriment les lecteurs des prin­ci­paux médias insti­tu­tion­nels.

Crédit pho­to : graphique Le Figaro 2011

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision