Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Berlusconi : la presse française unanime

10 décembre 2012

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Sur le net | Berlusconi : la presse française unanime

Berlusconi : la presse française unanime

Après l’annonce de la démission imminente de Mario Monti et de la candidature prochaine de Silvio Berlusconi au poste de chef de gouvernement en Italie, la presse française, dans sa quasi-unanimité, s’inquiète du retour possible du Cavaliere aux affaires.

« Au sec­ours, il revient ! », écrit par exem­ple Denis Dau­min dans La Nou­velle République du Cen­tre-Ouest du lun­di 10 décem­bre 2012, exp­ri­mant ain­si l’avis général.

Dans Les Échos, Nico­las Bar­ré bran­dit le spec­tre d’une crise poli­tique « qui bris­erait l’élan des réformes engagées par Mario Mon­ti », un risque que l’Italie devrait « ironique­ment à celui que les marchés financiers ont chas­sé du pou­voir en novem­bre 2011 ».

Hormis le fait que plus per­son­ne ne sem­ble trou­ver prob­lé­ma­tique le fait que les marchés financiers puis­sent aujourd’hui chas­s­er du pou­voir un dirigeant démoc­ra­tique­ment élu, la presse oublie de s’interroger sur l’essentiel : le fos­sé gran­dis­sant entre les exi­gences démoc­ra­tiques d’un côté, et celles du marché, de l’autre, exi­gences qui ont de plus en plus de mal à coex­is­ter.

Le retour de Berlus­coni men­ac­erait de « pénalis­er » l’Italie, écrit Christophe Lucet dans Sud-Ouest. Il men­ac­erait égale­ment « d’allonger la liste des grands sin­istrés après le Grèce, l’Espagne et le Por­tu­gal », estime Ivan Dra­peau dans La Char­ente libre. Certes. Mais que faire si les Ital­iens votent à nou­veau pour lui ?

À se deman­der si les jour­nal­istes ne pré­par­ent pas les esprits à légitimer par avance un nou­veau coup de force anti-démoc­ra­tique.

Source : Le Monde. Crédit pho­to : cap­ture d’écran LeMonde.fr

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.