Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La « liberté d’expression » française vue des États-Unis
Publié le 

22 janvier 2015

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | La « liberté d’expression » française vue des États-Unis

La « liberté d’expression » française vue des États-Unis

Les États-Unis sont perplexes face à notre conception élastique de la liberté d’expression…

Après une vague d’é­mo­tion sans précé­dent, la France est désor­mais rat­trapée par la réal­ité de cette fameuse « lib­erté d’ex­pres­sion » que l’on bran­dit depuis les atten­tats de Char­lie Heb­do.

Car au moment même où l’on cri­ait dans les rues son attache­ment à cette lib­erté d’expression, des dizaines de Français étaient empris­on­nés… pour avoir exprimé une opin­ion ! Une réal­ité sur laque­lle les médias de l’hexa­gone n’ont pas insisté mais qui n’au­ra pas échap­pé aux obser­va­teurs améri­cains. Il faut dire que la lib­erté d’expression Out­re-Atlan­tique n’a pas grand-chose à voir avec la française. En ver­tu du 1er amende­ment, celle-ci est pleine­ment garantie, et qua­si­ment sans lim­ite. La pro­pa­gande nazie n’est, par exem­ple, pas inter­dite. Il est donc dif­fi­cile de com­pren­dre qu’un indi­vidu puisse se retrou­ver en prison pour avoir écrit « Je suis Kouachi » sur une pan­car­te…

En France, le con­cept de lib­erté d’ex­pres­sion est bien plus restric­tif, mais il est surtout plus flou. Cer­taines provo­ca­tions sont per­mis­es, d’autres inter­dites, mais en ver­tu de quoi ? On a sou­vent l’impression désagréable que c’est le seul par­ti-pris idéologique du pou­voir en place qui fixe la lim­ite. En témoigne le deux-poids-deux-mesures entre le traite­ment réservé aux car­i­ca­tur­istes de Char­lie Heb­do et celui réservé à l’hu­moriste Dieudon­né placé en garde à vue et con­duit en cor­rec­tion­nelle pour « apolo­gie du ter­ror­isme » au lende­main de la grande man­i­fes­ta­tion pour la lib­erté d’expression. Son crime ? Avoir déclaré sur Face­book, qu’il se sen­tait « Char­lie Coulibaly » – une blague bête et méchante dans le pur esprit Char­lie, qui fait soudain de lui l’é­gal d’un ter­ror­iste.

Sur Fox News, l’an­cien juge Andrew Napoli­tano s’é­tonne : « Vous pou­vez aller en prison pour avoir pris la parole et défié le gou­verne­ment. Le week-end dernier, des mil­lions de gens en France arbo­raient des slo­gans procla­mant : “Je suis Char­lie”. Ceux qui procla­maient “Je ne suis pas Char­lie” ont été intimés par la police de les enlever. Ceux dont les slo­gans procla­maient, soit de façon satirique soit dans un but haineux, “Je suis Kouachi” ont été arrêtés. » Et celui-ci de s’in­quiéter que l’on puisse être « arrêté pour un dis­cours dans une marche en sou­tien à la lib­erté d’ex­pres­sion »…

De son côté, le site lib­er­tarien Reason.com juge que la con­cep­tion française du droit à l’ex­pres­sion est on ne peut plus con­tre-pro­duc­tive. « Tout dis­cours ren­du pénale­ment tabou prospér­era dans l’om­bre au lieu d’être réfuté et ridi­culisé de manière ouverte. Vous êtes alar­mé par l’in­fâme quenelle de Dieudon­né ? Mais réalisez-vous com­bi­en elle va prospér­er si l’hu­moriste est mis der­rière les bar­reaux ? » s’in­ter­roge-t-il.

Et Jacob Sul­lum, l’au­teur de la tri­bune, de pour­suiv­re : « Au lieu de faciliter la cen­sure, un gou­verne­ment véri­ta­ble­ment engagé dans l’ou­ver­ture du débat sur la lib­erté d’ex­pres­sion devrait établir claire­ment que d’of­fenser les musul­mans (ou n’im­porte quel autre groupe religieux) n’est pas un crime. »

Dans le « Dai­ly Show », l’hu­moriste vedette Jon Stwart a égale­ment réa­gi au sujet de Dieudon­né. « Ne vous méprenez pas. Le post Face­book de ce gars était mépris­able, a déclaré le satiriste améri­cain. Mais n’est-ce pas pour ça que le bou­ton “retir­er de la liste des amis” est fait ? », a‑t-il ques­tion­né. Moquant les 54 mis­es en exa­m­en pour apolo­gie du ter­ror­isme qui se sont pro­duites récem­ment en France, celui-ci ajoute, avec ironie : « Je Suis Con­fused ! »

Même le jour­nal­iste Glenn Green­wald, con­nu pour avoir pub­lié les révéla­tions d’Edward Snow­den, a apporté son grain de sel. Sur son compte Twit­ter, celui-ci a pub­lié une image mon­trant le texte « #JeSu­is­Dieudonne » avant d’ap­pel­er « tous les défenseurs de la lib­erté d’ex­pres­sion des pays Occi­den­taux » à poster ceci « en signe de sol­i­dar­ité ».

Résumant bien l’af­faire, la con­ser­va­trice Veronique de Rugy écrit : « Le gou­verne­ment français et la plu­part des Français croient en la lib­erté d’ex­pres­sion, sauf pour tout dis­cours qu’ils esti­ment ne pas devoir être per­mis ». Autrement dit, ils n’y croient qu’à moitié…

Sur le même sujet

Related Posts

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision