Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La dure vie d’un marchand de presse

6 octobre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La dure vie d’un marchand de presse

La dure vie d’un marchand de presse

Le cabinet Fiducial vient de publier une étude sur 400 points de ventes de marchands de presse parmi ses 2000 clients dans le secteur. Si les finances sont plutôt en progression, le rythme de travail est intense et on comprend que la profession rebute de nombreux jeunes.

Une pluri-activité

La vente de la seule presse ne nour­rit pas un com­merce. Neuf marchands de presse sur 10 ont une activ­ité tabac. L’étude ne dit pas quelle est la répar­ti­tion des revenus entre le tabac et la presse. On peut imag­in­er que cer­tains ont aus­si une activ­ité de « bureau de poste » là où la Poste a sup­primé ses agences. Voire dans cer­tains cas une activ­ité de dépôt de col­is pour cer­tains com­merces en ligne.

Le com­merce occupe en moyenne une sur­face de 57 m² avec 87 mètres dévelop­pés de linéaires, on ne sait pas si l’activité tabac est incluse dans ce linéaire.

Une activité très prenante

Un marc­hand de presse emploie en moyenne deux per­son­nes, on imag­ine un cou­ple. Ils sont ouverts en moyenne plus de 300 jours par an (8 sur 10). Le pro­fil moyen est celui d’un homme de 53 ans en province, qui tra­vaille 68 heures par semaine.

Avec un taux médi­an de com­mis­sion de 17% sur la presse, les marchands sem­blent s’en sor­tir mal­gré 120 jours de stock (sans doute sur les arti­cles hors presse péri­odique), avec une tré­sorerie en aug­men­ta­tion mais des rem­bourse­ments d’emprunts autour de 20K€ par an et un investisse­ment annuel de 10K€ pour entretenir/moderniser le com­merce. Une moyenne bien sûr, un nou­v­el amé­nage­ment de com­merce coûte plus que cette somme et ne se fait pas tous les ans.

Mal­gré des revenus qua­si assurés, la pro­fes­sion sem­ble vieil­lis­sante et n’attire que peu de jeunes entre­pre­neurs, un signe inquié­tant pour la péren­nité de ce type de com­merces et pour les pos­si­bil­ités de dif­fu­sion de la presse écrite avec une perte de plusieurs cen­taines de points de ventes par an.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.