Accueil | Actualités | Médias | Julian Assange : Bradley/Chelsea Manning libérée puis de nouveau emprisonnée
Pub­lié le 22 mai 2019 | Éti­quettes : , , ,

Julian Assange : Bradley/Chelsea Manning libérée puis de nouveau emprisonnée

La vie du sergent américain Bradley (devenu Chelsea) Manning n’est pas de tout repos. C’est lui (encore Bradley à cette époque) qui avait facilité la fuite en 2010 d’une masse de plus de 700 000 documents confidentiels américains. C’était le début de l’affaire Wikileaks. Arrêté très vite, condamné à 35 ans de prison, il veut changer de sexe et se fait appeler Chelsea Manning, sort de prison en 2017 et y retourne récemment.

Libéré/incarcéré

Graciée par Barack Obama en mai 2017 après sept ans de prison, celle qui est devenue Chelsea est appelée début 2019 à témoigner devant un grand jury américain. Refusant de répondre, elle est incarcérée le 8 mars 2019 pour outrage à la justice. Libérée pour des raisons techniques le 9 mai, elle continue de garder le silence et est de nouveau emprisonnée le 16 mai et condamnée à des amendes croissantes : 500 dollars par jour les trente premiers jours (si elle persiste dans son silence) et 1000 dollars ensuite, sans compter une incarcération indéterminée à ce jour.

Chelsea/Bradley Manning est un témoin capital pour les États-Unis. Si Assange est extradé vers les États-Unis, son témoignage permettrait de renforcer les arguments du procureur pour plaider en faveur d’une détention à vie, voire en faveur de la peine de mort contre Julian Assange, pour le moment détenu en Grande-Bretagne pour non-respect de sa liberté conditionnelle.

Crédit photo : Fredrik Lundhag via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This