Accueil | Actualités | Médias | Journalistes d’investigation : les Français à l’écart
Pub­lié le 14 avril 2013 | Éti­quettes : , ,

Journalistes d’investigation : les Français à l’écart

L'affaire Cahuzac et les révélations de Médiapart offrent aujourd'hui au journalisme d'investigation un nouveau coup de projecteur. Pourtant, comme le fait remarquer Éric Mettout, redacteur en chef de L'Express.fr, les Français se tiennent à l'écart des réseaux de journalistes d'investigation.

Ainsi, aucun journaliste hexagonal n'est membre du Global Investigative Journalism Network, « un réseau informel de journalistes d’investigation de toutes nationalités (mais beaucoup de l’Est et du Nord de l’Europe, où l’exercice est un sport national) qui s’échangent, lors de réunions physiques mais pas seulement, leurs « best practices », leurs trucs de pros, leurs outils, leurs compétences, voire leurs sources ».

Pourtant, reconnaît Éric Mettout, un tel réseau, « permet de s’améliorer, d’ouvrir les yeux, de regarder plus loin et plus grand, d’être plus efficace ». Aussi L'Express a décidé de se rattraper en envoyant quelqu'un à la prochaine conférence du GIJN, au Brésil en octobre prochain.

Pas certains cependant que cela révolutionnera les pratiques des journalistes français.

Source : lexpress.fr, blog d’Éric Mettout

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This