Accueil | Actualités | Médias | Journalistes d’investigation : les Français à l’écart
Pub­lié le 14 avril 2013 | Éti­quettes : , ,

Journalistes d’investigation : les Français à l’écart

L'affaire Cahuzac et les révélations de Médiapart offrent aujourd'hui au journalisme d'investigation un nouveau coup de projecteur. Pourtant, comme le fait remarquer Éric Mettout, redacteur en chef de L'Express.fr, les Français se tiennent à l'écart des réseaux de journalistes d'investigation.

Ainsi, aucun journaliste hexagonal n'est membre du Global Investigative Journalism Network, « un réseau informel de journalistes d’investigation de toutes nationalités (mais beaucoup de l’Est et du Nord de l’Europe, où l’exercice est un sport national) qui s’échangent, lors de réunions physiques mais pas seulement, leurs « best practices », leurs trucs de pros, leurs outils, leurs compétences, voire leurs sources ».

Pourtant, reconnaît Éric Mettout, un tel réseau, « permet de s’améliorer, d’ouvrir les yeux, de regarder plus loin et plus grand, d’être plus efficace ». Aussi L'Express a décidé de se rattraper en envoyant quelqu'un à la prochaine conférence du GIJN, au Brésil en octobre prochain.

Pas certains cependant que cela révolutionnera les pratiques des journalistes français.

Source : lexpress.fr, blog d’Éric Mettout

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux