Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Jeff Bezos et le National Enquirer : quand les gros sous ne sont jamais loin du sordide

19 février 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Jeff Bezos et le National Enquirer : quand les gros sous ne sont jamais loin du sordide

Jeff Bezos et le National Enquirer : quand les gros sous ne sont jamais loin du sordide

Jeff Bezos, propriétaire fondateur d’Amazon jeune homme de 55 ans assailli par le démon de midi, avait décidé de changer de trophée marital en se lançant dans une relation extra-conjugale avec la médiatique Lauren Sanchez, épouse du faiseur de stars hollywoodien Patrick Whitesell, et ceci bien avant l’annonce de son divorce avec sa propre épouse (présenté comme amical à l’époque), ce qui n’est pas sans conséquences, tant sur le plan de l’image que financier. Un divorce potentiellement coûteux, avec 160 milliards de $ à partager. Bref, l’homme le plus riche du monde risque de descendre dans le classement.

Qu’est donc cette « l’affaire » Baisos — pardon — Bezos ?

Le médi­um qui révèle le pot aux ros­es est forte­ment « con­noté pro-Trump » : la trahi­son mat­ri­mo­ni­ale de Bezos a été révélée par The Nation­al Enquir­er, mi feuille de chou, mi bou­tique de jour­nal­isme d’investigation, laque­lle a la répu­ta­tion de se tromper rarement. Le jour­nal, est dirigé par un com­pagnon de (longue) route de Don­ald Trump, chargé au fil des ans de men­er des con­tre-feux aux sales coups médi­a­tiques mon­tés con­tre les adver­saires du mil­liar­daire ou d’étouffer les révéla­tions dans l’œuf en achetant les droits de pub­li­ca­tion des auteurs pour les met­tre ensuite au plac­ard. Cet homme est Jeff Peck­er, fon­da­teur d’American Media Inc., hold­ing de plusieurs tabloïds, dont The Nation­al Enquir­er.

Jalousie réciproque

La jalousie mutuelle Trump-Bezos : Trump est prési­dent, et Bezos ne l’est pas ; Bezos est richissime, et Trump l’est beau­coup moins. Trump, fustigé depuis plus de trois ans par le Wash­ing­ton Post, (que l’homme d’Amazon a racheté) a donc une dent con­tre Bezos. Ain­si, ses tweets sur « Jeff Bozo » et les per­for­mances du Wash­ing­ton Post (7e rang des quo­ti­di­ens améri­cains, avec une cir­cu­la­tion de 476.800 ex) se sont mul­ti­pliés. De même, le prési­dent a par exem­ple demandé à son admin­is­tra­tion d’évaluer les pra­tiques d’Amazon pour con­cur­rence déloyale pré­sumée à l’égard des postes fédérales. Affaire non suiv­ie d’effet par la bureau­cratie.

Cela n’est cepen­dant pas tombé dans l’oreille d’un sourd, en l’occurrence le par­lemen­taire Adam Schiff (élu démoc­rate de Cal­i­fornie), spé­cial­iste de la preuve par absence de preuve dans l’affaire Rus­si­a­gate qui, avec ses acolytes lil­lipu­tiens vient de lancer un filet d’enquêtes nou­velles pour enser­rer Trump. Par­mi les sujets : l’éventuelle util­i­sa­tion par le prési­dent de l’appareil d’État con­tre ses enne­mis économiques. Par exem­ple sa ten­ta­tive de blocage de la fusion Time-Warn­er AT&T (avec CNN pour enjeu). Et demain Bezos/Amazon.

Bezos contre-attaque

Il n’est donc pas sur­prenant que Bezos, les pre­mières révéla­tions pub­liées par le tabloïd, ait immé­di­ate­ment pen­sé à une manœu­vre du clan Trump des­tinée à tor­piller la nou­velle de son divorce « ami­cal ». D’où sa sub­tile con­tre-attaque menée via le site inter­net autonome Medi­um : lors de com­men­taires con­sé­cu­tifs il a pu insin­uer que ses tex­tos amoureux avaient été piratés par les fonc­tion­naires de Trump (encore un dossier à faire mas­ti­quer par Adam Schiff) et surtout qu’il avait été vic­time de chan­tage de la part des avo­cats de Jeff Peck­er.

Nature du « chan­tage » : sor­tie de pho­tos com­pro­met­tantes, cer­taines présen­tant la par­tie à géométrie vari­able de son anatomie. Donc « au-dessous de la cein­ture » au sens fig­uré et lit­téral. Et, pour faire bonne mesure, Bezos accu­sait l’Arabie de se venger via le jour­nal de Peck­er du traite­ment par le Wash­ing­ton Post de l’affaire Kashog­gi (ex-col­lab­o­ra­teur du Wash­ing­ton Post).

Panurgisme des médias

Avant d’aborder les faits, con­cen­trons-nous sur la réac­tion des médias, qui se sont coal­isés en une sym­phonie syco­phan­tique de « brown nos­ing » (ver­sion améri­caine du con­cept français de lèche-botte, ou pire) de la part des admi­ra­teurs de la pre­mière for­tune du monde.

Le fond de l’affaire est plus nuancé. Lorsque parais­sent les pre­mières infor­ma­tions, Bezos lance Gavin de Beck­er, le pit­bull de la sécu­rité des Peo­ple, sur les traces de Jeff Peck­er, afin d’identifier l’origine des fuites, ou plutôt d’assommer le groupe Amer­i­can Media Inc. (AMI), donc Trump. Les avo­cats d’AMI deman­dent mal­adroite­ment à Bezos de met­tre fin à l’enquête de Gavin de Deck­er. Faute de quoi, ces derniers révè­lent qu’ils ont en leur pos­ses­sion des pho­tos beau­coup plus pornographiques que celles déjà dif­fusées.

Qui a vrai­ment fuité et pourquoi? Après la thèse des ser­vices de l’État piratant le télé­phone de Bezos, a suivi celle du frère de Lau­ren Sanchez (l’amoureuse de Bezos) : Michael Sanchez est un par­ti­san de Trump et con­nait bien Roger Stone (autre homme des bass­es-œuvres de Trump pen­dant de nom­breuses années) qui vient d’être inculpé par le pro­cureur Mueller. Mais cela se com­plique avec la piste de Lau­ren Sanchez qui elle-même aurait partagé (selon The Sun) avec des amis les pho­tos de l’énorme pénis (sic) de son amoureux. Naïve­ment ou cynique­ment?

Car les amoureux ne se voient plus en pub­lic depuis quelque temps. Et le frère de Lau­ren insiste beau­coup sur solid­ité et la pro­tec­tion du cou­ple Bezos/Sanchez. Peut-être. Ou bien Bezos, vu la fac­ture poten­tielle du divorce, se serait-il hâté lente­ment dans sa procé­dure de sépa­ra­tion? Ce qui aurait mécon­tenté le clan Sanchez, qui alors aurait cher­ché à le forcer à couper les ponts avec l’épouse ? Nul ne le sait. Une chose est cer­taine : Adam Schiff ne man­quera pas de se saisir du dossier, et le groupe de presse AMI pro Trump sera passé à la loupe.

Bezos, Schiff : tra­vail d’équipe, ver­sion démoc­rate ? Le com­bat con­tin­ue.

 

Voir aussi

Comme le Time, les grands mag­a­zines améri­cains repris par les for­tunes de la côte ouest

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).