Accueil | Actualités | Médias | Comme le Time, les grands magazines américains repris par les fortunes de la côte ouest
Pub­lié le 21 septembre 2018 | Éti­quettes : , , , ,

Comme le Time, les grands magazines américains repris par les fortunes de la côte ouest

Un des premiers à dégainer fût Jeff Bezos, principal actionnaire d’Amazon et première fortune du monde avec le rachat du quotidien libéral Washington Post en 2013. La somme déboursée – 250 millions de dollars – paraît dérisoire pour la fortune de Bezos passée de 100 milliards de dollars fin 2017 à 150 milliards de dollars mi 2018. Bezos pourrait s’acheter 200 équivalents du Washington Post tout en gardant 100 milliards de dollars de côté comme argent de poche.

Le vieux Time presque centenaire

Time aurait pu atteindre son centenaire en 2023, logé dans le groupe Time Warner ou en indépendant. En 2000 le magazine fût intégré au groupe AOL Warner devenu Time Warner trois ans plus tard. Séparé en 2014 de Warner (lui-même racheté par ATT), il rejoint en 2017 le groupe Meredith. Il a fallu moins d’un an à ce dernier pour le revendre. Meredith se concentre sur des secteurs spécialisés cuisine, décoration, jardinage ou cancans (People, Better Homes and Gardens) et avait annoncé son intention de vendre ses autres publications comme Fortune, Money, Sports Illustrated et Time.

La transaction a été réalisée pour un peu moins de 200 millions de dollars par Marc Benioff, le fondateur et président de Salesforce. Benioff et sa femme Lynne ont précisé réaliser cet achat à titre personnel sans lien avec leur entreprise. Ils ont annoncé leur volonté de ne pas se mêler de la partie éditoriale mais leurs liens avec les démocrates ne sont un secret pour personne. Time, qui vendait encore plus de 4 millions d’exemplaires il y a dix ans est tombé nettement en-dessous des 2 millions début 2018.

Les journaux américains, danseuses des milliardaires californiens

Jeff Bezos avait donné l’exemple. Madame Laurene Jobs (veuve de Steve Jobs, le confondateur d’Apple) a suivi en 2017 en rachetant la majorité de The Atlantic, un mensuel (en réalité dix numéros par an) de Boston, vieux de plus de 150 ans. Diffusé principalement par abonnement et par voie digitale, le magazine représente la tendance libérale des élites de la côte est, qui ont les mêmes convictions (et les mêmes intérêts) que ceux des milliardaires de la côte ouest style Bezos, Jobs ou Benioff.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

8% récolté
Nous avons récolté 155,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux