Accueil | Actualités | Médias | Jean-Michel Baylet remplacé par son ex-épouse à la tête de La Dépêche
Pub­lié le 24 février 2016 | Éti­quettes : ,

Jean-Michel Baylet remplacé par son ex-épouse à la tête de La Dépêche

Face aux questions soulevées par la nomination au gouvernement de Jean-Michel Baylet, propriétaire de La Dépêche du Midi, c'est son ancienne femme, Marie-France Marchand-Baylet, qui lui a succédé à la tête du groupe La Dépêche.

Quelques jours après la nomination du PDG comme ministre de l'Aménagement du territoire et de la ruralité, l'ours du journal a donc été modifié à la suite d'un conseil d’administration. Jean-Nicolas Baylet, fils du couple, reste directeur de la publication et devient par ailleurs « responsable de la rédaction » en lieu et place de son père.

Ancienne épouse de M. Baylet, Marie-France Marchand-Baylet, qui lui succède au poste de PDG, est l'actuelle femme de Laurent Fabius, ancien ministre des Affaires étrangères. Jusqu'alors, elle occupait les fonctions de directrice du pôle magazines, président du comité financier du groupe et présidente de la fondation La Dépêche.

En juin dernier, le groupe La Dépêche a racheté les journaux du Midi (Midi Libre, L'Indépendant et Centre-Presse), s'offrant ainsi un accès à la Méditerranée. Créé en 1870 et propriété de la famille Baylet depuis 1925, le titre a toujours été sur une ligne de gauche radicale-socialiste, marquée historiquement par l'anticommunisme – en 1944, il est par ailleurs interdit de publication pendant 3 ans pour collaboration avec l'occupant nazi.

Récemment, il a été le seul titre à applaudir le remaniement du gouvernement... car son PDG, Jean-Michel Baylet, venait d'y être nommé. D'où ce changement d'organigramme, plus symbolique qu'autre chose.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux