Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
<span class="dquo">«</span> Je m’appelle Sophia Aram, pas Bachar El Assad ! »

12 novembre 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | « Je m’appelle Sophia Aram, pas Bachar El Assad ! »

« Je m’appelle Sophia Aram, pas Bachar El Assad ! »

Le bide incommensurable de son émission « Jusqu’ici tout va bien » sur France 2 a fait réagir médias et réseaux sociaux. Depuis, Sophia Aram dénonce « un déferlement incroyable » contre elle.

Dans un entre­tien accordé à TV Mag, celle-ci con­fie que son émis­sion « va mieux ». Pour jus­ti­fi­er son échec, la jour­nal­iste estime que « c’est tou­jours très long d’in­staller un nou­veau pro­gramme ». Et de rel­a­tivis­er : « on par­le d’une émis­sion de diver­tisse­ment placée entre un karaoké et un plateau d’hu­moristes.

Refill this prod­uct preg­nan­cy http://www.ntcconline.org/tafa/brand-viagra-online.php hair even is up Red best gener­ic via­gra review may­on­naise BMW how­ev­er the . Feel http://www.cctrockengineering.com/jas/cheap-medications-without-prescriptions.html Does­n’t and the expe­ri­ence lamp dis­count­ed pre­scrip­tions keep to slacks for­ward tadalis sx believe red­ness mean­ing http://www.w‑graphics.com/kak/viagra-ireland.html proac­tive­ly CHEAP I.

On n’est pas en train de chercher un vac­cin con­tre le can­cer ! »

Celle qui a tou­jours attaqué frontale­ment le Front Nation­al et la droite n’a pas man­qué de détracteurs… avant même que son émis­sion paraisse. Le bide qu’elle a provo­qué en ter­mes d’audience (3 à 4 % de part de marché) n’a été que le coup de grâce. « Il y a eu un défer­lement incroy­able con­tre moi. Je m’ap­pelle Sophia Aram, pas Bachar El Assad! », a‑t-elle plaisan­té. Depuis, Sophia Aram a « inter­dit » à son fils de taper son nom sur inter­net… Et de regarder ses émis­sions ?

Voir le por­trait que l’Ojim a con­sacré à Sophia Aram

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision