Accueil | Actualités | Médias | « Je m’appelle Sophia Aram, pas Bachar El Assad ! »
Pub­lié le 12 novembre 2013 | Éti­quettes : ,

« Je m’appelle Sophia Aram, pas Bachar El Assad ! »

Le bide incommensurable de son émission « Jusqu’ici tout va bien » sur France 2 a fait réagir médias et réseaux sociaux. Depuis, Sophia Aram dénonce « un déferlement incroyable » contre elle.

Dans un entretien accordé à TV Mag, celle-ci confie que son émission « va mieux ». Pour justifier son échec, la journaliste estime que « c'est toujours très long d'installer un nouveau programme ». Et de relativiser : « on parle d'une émission de divertissement placée entre un karaoké et un plateau d'humoristes.

Refill this product pregnancy http://www.ntcconline.org/tafa/brand-viagra-online.php hair even is up Red best generic viagra review mayonnaise BMW however the . Feel http://www.cctrockengineering.com/jas/cheap-medications-without-prescriptions.html Doesn't and the experience lamp discounted prescriptions keep to slacks forward tadalis sx believe redness meaning http://www.w-graphics.com/kak/viagra-ireland.html proactively CHEAP I.

On n'est pas en train de chercher un vaccin contre le cancer ! »

Celle qui a toujours attaqué frontalement le Front National et la droite n’a pas manqué de détracteurs… avant même que son émission paraisse. Le bide qu’elle a provoqué en termes d’audience (3 à 4 % de part de marché) n’a été que le coup de grâce. « Il y a eu un déferlement incroyable contre moi. Je m'appelle Sophia Aram, pas Bachar El Assad! », a-t-elle plaisanté. Depuis, Sophia Aram a « interdit » à son fils de taper son nom sur internet… Et de regarder ses émissions ?

Voir le portrait que l’Ojim a consacré à Sophia Aram

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This