Accueil | Actualités | Médias | Jack, la Tunisie et les médias français…
Pub­lié le 24 août 2013 | Éti­quettes :

Jack, la Tunisie et les médias français…

En visite « privée et amicale » en Tunisie, Jack Lang s'en est pris aux médias français, qui, selon lui, « ne s’intéressent à la Tunisie que lorsqu’il y a un évènement grave comme l’assassinat des deux personnalités politiques ».

À la question du Huffington Post Maghreb « pourquoi les Français sont-ils moins nombreux à venir en Tunisie à votre avis ? », Jack Lang répond que « cela est dû, et je dois le dire franchement, aux médias européens, et spécialement aux médias français. L’image qu’ils donnent de la Tunisie est défigurée ».

Pour l'ancien ministre de la culture, les médias en question « donnent une image d’un pays qui serait à feu et un sang, alors qu’il y a des débats et des confrontations d’idées », citant en exemple, une « fantastique » manifestation, lors de la journée de la femme, le 13 août dernier. En bref, pour Jack Lang, il serait préférable de commenter la « démocratie en marche », plutôt que les assassinats politiques et les manifestations, qu'il ne faut cependant pas « occulter ».

Interrogé, plus globalement sur la Tunisie, l'ancien ministre de Mitterrand reste toutefois lucide sur son cas : « pas sûr que du coup, mon jugement soit un bon jugement car j’ai toujours tendance à mettre l’accent sur les aspects positifs ».

Si c’est lui qui le dit…

Source : Huffington Post Maghreb - crédit photo : looking4poetry via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This