Accueil | Actualités | Médias | Iran : il manque des chaises !
Pub­lié le 2 septembre 2013 | Éti­quettes : , ,

Iran : il manque des chaises !

La photo semble avoir fait le tour du monde. Elle a été diffusée par Reza Asadi, un journaliste iranien, basé à Londres.

On y voit des journalistes iraniennes prenant des notes assises au sol, pendant la passation de pouvoir entre l'ancien et le nouveau ministre des affaires étrangères. Autour d'elles, des hommes assis tranquillement sur leurs chaises.

Reza Asadi a qualifié, dans un tweet, la situation de « honteuse » ! Le magazine Elle estime qu'il est « difficile de ne pas s’offusquer devant une telle photo ». Le Huffington Post propose, quant à lui, un décryptage du cliché, présentant les explications de l'agence de presse Mehr News.

Pour cette agence iranienne, « la pièce était bondée et beaucoup d'invité et de journalistes masculins qui assistaient à la cérémonie sont restés debout. Quelques femmes journalistes, qui couvraient l'évènement, se sont assis sur le sol pour écrire leurs compte-rendu ». Et d'en apporter une preuve, en publiant d'autres photos de l'évènement. La salle, principalement masculine, était effectivement bondée.

Plus intéressant, Mehr News accuse les réseaux anti-chiites, anti-iraniens et panturquistes d'être à l'origine de cette désinformation sur le web.

Quoiqu'il en soit, comme le dit le Huffington Post « ces messieurs auraient pu avoir la galanterie de céder leur place à ces dames... »

Source : Huffington Post - crédit photo DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux