Il s’agit de soulign­er le con­traste entre l’unanimité de la presse et des réseaux pour désign­er « l’arme du crime », le genou du polici­er, et leur silence presque aus­si unanime pour relater les con­clu­sions de l’autopsie.