Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Hongrie : les portails d’info de droite piratés en pleine période électorale

2 avril 2022

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Hongrie : les portails d’info de droite piratés en pleine période électorale

Hongrie : les portails d’info de droite piratés en pleine période électorale

2 avril 2022

Temps de lecture : 4 minutes

Claude Chollet, président de l’Observatoire du journalisme, est à Budapest comme chef de la délégation française de contrôle des élections du 3 avril 2022 où le Fidesz de Viktor Orbán (au pouvoir depuis 2010) affronte une coalition de six partis allant de l’extrême droite radicale (Jobbik) aux ex-communistes en passant par les Verts et les libéraux. Le lundi 28 mars, le site du média conservateur Mandiner (mandiner.hu) a été attaqué et inaccessible pendant plusieurs heures avec d’autres médias classés à droite. Daniel Kacsoh, de Mandiner, a interrogé Claude Chollet sur cette attaque. Nous publions leur entretien, la traduction du hongrois est parfois approximative. Pour information, les sondages (à prendre avec précaution) annoncent une victoire d’Orban, ce qui peut expliquer un peu de nervosité de la part de ses adversaires.

Le prési­dent de l’Ob­ser­va­toire français du jour­nal­isme a été infor­mé par Mandin­er de l’at­taque de pirates infor­ma­tiques ce lun­di con­tre des por­tails d’in­for­ma­tion de droite, dont Mandin­er. Il a indiqué qu’il ne savait pas si les assail­lants avaient l’in­ten­tion de ren­dre la con­cur­rence démoc­ra­tique impos­si­ble, mais qu’il était tout à fait cer­tain qu’il s’ag­it d’une action poli­tique. Selon le chef de la délé­ga­tion française qui est arrivé à Budapest à l’in­vi­ta­tion de la Fon­da­tion pour un jour­nal­isme trans­par­ent, il ne peut être exclu qu’une ten­ta­tive d’in­flu­ence ait été menée depuis l’étranger.

Le tout pre­mier jour de la semaine élec­torale, plusieurs por­tails d’in­for­ma­tion de droite ont été attaqués, ren­dant ces sites très fréquen­tés inac­ces­si­bles pen­dant plusieurs des heures. De plus, les pirates y ont posté des mes­sages attaquant le gou­verne­ment. Sur la base de tout cela, nous pou­vons con­clure qu’il y avait une volon­té poli­tique der­rière cette attaque. Que pensez-vous de cela ?

À l’in­vi­ta­tion de la Fon­da­tion pour un jour­nal­isme trans­par­ent, je suis venu en Hon­grie pour tra­vailler en tant que chef de la délé­ga­tion française de la com­mis­sion de con­trôle des élec­tions et exam­in­er le fonc­tion­nement des médias pen­dant la péri­ode élec­torale. J’ai été choqué d’ap­pren­dre qu’une attaque de cette nature a touché de nom­breux médias en ligne de droite. Nous devons nous pos­er la ques­tion : quel est le fonde­ment de la démoc­ra­tie ? L’élec­tion. Mais quelle est la base de l’élec­tion ? Les infor­ma­tions qui sont fournies aux électeurs par divers médias, entre autres. Quelle que soit la posi­tion du gou­verne­ment ou de l’op­po­si­tion, il est impor­tant que les gens reçoivent des infor­ma­tions provenant de sources appro­priées et plu­ral­istes : pod­casts, radio, télévi­sion, médias en ligne ou imprimés. Les électeurs ont un droit à l’in­for­ma­tion, un droit d’être infor­més par plusieurs instances.

En ce sens, l’in­for­ma­tion est aus­si la base des élec­tions et de la démoc­ra­tie. Ce qui s’est passé lun­di matin visait à restrein­dre le flux d’in­for­ma­tions ; en le ren­dant impos­si­ble pour une par­tie, l’in­for­ma­tion ne cir­culerait que d’un côté. Et cela pour­rait sig­ni­fi­er une sorte de début de la fin de la démoc­ra­tie. Si je com­prends bien la sit­u­a­tion, les hack­ers sont anonymes.

Je ne sais pas si les inten­tions des assail­lants étaient de ren­dre impos­si­ble la con­cur­rence démoc­ra­tique, mais il est tout à fait cer­tain qu’il y a une rai­son poli­tique. Même si ces plates-formes seront bien­tôt rétablies, la nor­male con­cur­rence démoc­ra­tique en Hon­grie a souf­fert de cette action.

Tout cela peut-il donc être con­sid­éré comme une atteinte à la démocratie ?

Il s’ag­it claire­ment d’une attaque con­tre la démoc­ra­tie, pri­vant les gens de leur droit d’être infor­més. L’in­for­ma­tion peut provenir de la droite, de la gauche, du cen­tre, peu importe, mais les gens ont le droit d’avoir accès dif­férents types d’informations.

Une attaque qui n’a pas été menée avec des bombes, mais dans l’e­space en ligne.

Avez-vous déjà vécu des expéri­ences sim­i­laires ? Avez-vous déjà vu quelque chose comme ça dans d’autres pays ou chez vous, la France ?

Il y a quelques années en France, en péri­ode élec­torale, des hack­ers ont pu vol­er des infor­ma­tions sur l’in­ter­face d’un por­tail prou­vant qui avait reçu de l’ar­gent du gou­verne­ment ou qui avait financé tel ou tel mou­ve­ment. Je ne me sou­viens pas qu’un sup­port ait été ren­du com­plète­ment inac­ces­si­ble en péri­ode électorale.

Dans quelle mesure le résul­tat atten­du de l’élec­tion peut-il être affec­té par l’i­nac­ces­si­bil­ité d’un plus grand nom­bre de por­tails d’in­for­ma­tion de droite pen­dant la semaine électorale ?

Cela dépend de deux fac­teurs. Le pre­mier si le résul­tat est ser­ré, et le sec­ond le degré de piratage et de restric­tion des infor­ma­tions. Si l’élec­tion n’est pas ser­rée, le refus de fournir des infor­ma­tions détru­ira un peu la con­cur­rence démoc­ra­tique mais les résul­tats ne seront pas affec­tés. Mais si les résul­tats sont ser­rés et que cela se repro­duit de nou­veau soit mar­di, soit en milieu de semaine, soit la veille de l’élec­tion, cela pour­rait avoir un impact sur l’élection.

Nous avons par­lé des pirates der­rière l’ac­tion. Pensez-vous qu’il est con­cev­able qu’il s’agisse d’une action poli­tique­ment organ­isée depuis l’é­tranger, ou avons-nous vu plus d’ac­tions privées de la part de quelques pirates ?

Les pirates restent tou­jours anonymes. Une telle attaque organ­isée de grande enver­gure aurait facile­ment pu être con­trôlée depuis l’é­tranger. Cela ne serait pas sur­prenant, car plusieurs élé­ments indiquent que les élec­tions hon­grois­es pour­raient être influ­encées de l’é­tranger, par exem­ple via cer­tains médias. La ques­tion la plus impor­tante est de savoir s’il s’agis­sait d’une action ponctuelle. Si cela se répète, ce que per­son­ne ne peut savoir avec cer­ti­tude à l’heure actuelle, l’at­taque serait en effet grave et je le répète pour­rait même affecter les résul­tats des élections.

Quel éclairage cela jette-t-il sur les rela­tions avec les médias hon­grois et les ques­tions liées à la lib­erté de la presse ?

C’est inac­cept­able. Je ne veux pas être grossier, cette attaque sus­cite de sérieux doutes sur ceux qui craig­nent les résul­tats des élec­tions. Cer­tains ne veu­lent pas que les gens soient cor­recte­ment infor­més. Je suis sur­pris que cela puisse arriv­er en Hongrie.

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés