Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’étrange moment hitlérien du Figaro

22 octobre 2021

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | L’étrange moment hitlérien du Figaro

L’étrange moment hitlérien du Figaro

22 octobre 2021

Dans la presse, il y a des sujets qui sont plus vendeurs que d’autres : les propos polémiques, le sexe, la violence… Mais aussi le IIIème Reich et Adolf Hitler ! Intérêt historique prononcé pour l’aquarelliste autrichien ou curiosité morbide pour une période historique taboue du XXème siècle, le nazisme fait cliquer et vendre. Le Figaro fait office de premier de cordée en la matière mais n’est pas le seul organe de presse à surfer sur une Histoire, avec un grand H, vieille maintenant de plus de 70 ans.

Les chiffres fous d’Hitler au Figaro

Entre le 11 octo­bre 2020 et le 11 octo­bre 2021, 277 arti­cles du Figaro en ligne men­tion­nent Adolf Hitler, soit plus de cinq arti­cles heb­do­madaires en moyenne sur une année ! Joli score pour l’un des plus gros titres de France. Par­mi ces arti­cles, il con­vient certes de faire le tri : cer­tains trait­ent d’émis­sion télévisées his­toriques ou de faits divers en lien avec le per­son­nage comme les affich­es com­para­nt le prési­dent Macron à l’ancien chef d’État alle­mand voire même de petites polémiques con­tem­po­raines. Comme quand la jour­nal­iste de RMC Apolline de Mal­herbe croit malin de deman­der à un autre intel­lectuel con­tem­po­rain, Cyril Hanouna : « fal­lait-il inviter Hitler à l’époque » à la télé ?

On le voit, la référence hitléri­enne s’invite sou­vent dans l’actualité française mais au Figaro la rédac­tion sem­ble avoir déployé un arse­nal de « fun facts » sur l’ancien chef d’État à même de faire cli­quer le badaud.

La méthamphétamine du Führer et les couilles de Franco

Objet d’un intérêt tout par­ti­c­uli­er, Adolf Hitler a droit à un papi­er pour chaque nou­velle archive ouverte ou chaque nou­veau livre écrit à son pro­pos. Ain­si Le Figaro nous appre­nait il y a quelques années qu’Hitler aurait été un drogué à la métham­phé­t­a­mine mais qu’en revanche la rumeur selon laque­lle il n’aurait qu’un tes­tic­ule rel­e­vait de la légende… Alors que Fran­co lui en aurait vrai­ment per­du une au com­bat

Si cer­tains papiers ont un véri­ta­ble intérêt d’un point de vue his­torique (c’est le cas par exem­ple d’une cri­tique du doc­u­men­taire Apoc­a­lypse, par Jean Christophe Buis­son), de nom­breux arti­cles pub­liés ont tout du phénomène « pute-à-clic », c’est-à-dire du con­tenu qui incite à cli­quer der­rière des titres accrocheurs. Ain­si, si l’on ne prête pas tou­jours deux tes­tic­ules à Hitler, Le Figaro lui attribue une grosse mon­tre ! Le 1er octo­bre un arti­cle inti­t­ulé « Il était une fois la mon­tre per­due d’Hitler » illus­tre bien ce phénomène : mais à y regarder de plus près, rien n’assure qu’elle fut vrai­ment à lui… Les biographes du chef d’État alle­mand argueront d’ailleurs que le prin­ci­pal intéressé, qui ne por­tait pas de mon­tre mais avait des goûts assez sim­ples n’aurait cer­taine­ment pas porté un tel bijou et qu’il s’agit tout au plus d’un cadeau qu’on lui fit…

Dans la même veine, un long papi­er sur le crâne sup­posé d’Hitler, qui serait à Moscou, paru le 7 mai 2021 joue aus­si sur le titre racoleur « A Moscou, l’incroyable his­toire du crâne d’Adolf Hitler ». L’article nous apprend finale­ment, au dernier de la ving­taine de para­graphes que compte le papi­er, que : « faute d’analyse géné­tique, un doute peut sub­sis­ter con­cer­nant le crâne » évo­quant une « authen­tic­ité vraisemblable ».

La fièvre brune touche la presse française

Pourquoi tant d’articles ? La presse française serait-elle gan­grenée par des restes de la « bête immonde » ? Si notre atten­tion s’est ici portée sur Le Figaro, cham­pi­on de l’article hitlérien, il faut tout de même sig­naler que Le Monde, certes plus timide, pro­pose une bonne cen­taine « seule­ment » de papiers évo­quant le Führer au cours de la même péri­ode, alors que Libéra­tion déçoit avec seule­ment 99 références !

Voir aus­si : Le point God­win. Dossier

Hitler comme super référence, cela évoque évidem­ment la loi de God­win générale­ment appelée point God­win. Cette notion, théorisée par l’avocat améri­cain Mike God­win con­siste à expli­quer que la prob­a­bil­ité de faire référence Adolf Hitler ou au nazisme s’accroît plus une dis­cus­sion dure sur inter­net. L’imprégnation de ce tabou ger­manique touche plus large­ment le débat depuis l’après-guerre avec le procédé rhé­torique du reduc­tio ad Hitlerum théorisé par le philosophe Leo Strauss. La méth­ode est sim­ple, pour dis­qual­i­fi­er votre inter­locu­teur, accusez le d’être hitlérien ! La flo­rai­son de notions très con­testa­bles comme « l’islamofascisme » et même « l’islamonazisme » par­ticipe d’une sim­pli­fi­ca­tion-con­fu­sion qui par­ticipe large­ment du retour sys­té­ma­tique à ces références passées. La récente sor­tie un peu pathé­tique de Char­line Van­hœ­nack­er qui avait grimé le presque-can­di­dat Éric Zem­mour d’une mous­tache hitléri­enne témoigne égale­ment de « l’outil IIIème Reich » pour dis­créditer celui perçu comme un ennemi.

Une curiosité qui ne se tarit pas

Au-delà du Figaro et des prin­ci­paux titres de presse nationale, le nation­al-social­isme et d’Adolf Hitler tien­nent une place priv­ilégiée dans les kiosques. Ain­si, les revues d’Histoire évo­quent très régulière­ment le sujet. La rai­son ? On vend mieux un mag­a­zine avec une croix gam­mée ou Hitler en cou­ver­ture qu’avec à peu près n’importe quelle autre image. La rai­son sem­ble ici celle du tabou. Le lecteur ressent pos­si­ble­ment, incon­sciem­ment, un plaisir ayant trait à la sub­ver­sion en por­tant ses yeux sur la représen­ta­tion du tabou. Un sujet qui inter­pelle jusque dans les cimes de France Cul­ture qui avait con­sacré une émis­sion à ce sujet en décem­bre 2018.

Au-delà du nom­bre de références hitléri­enne du Figaro qui peut prêter à sourire, l’attraction mor­bide autour de ce sujet soulève de véri­ta­bles ques­tions sur le rap­port à l’Histoire et à la mémoire en Europe occi­den­tale et par­ti­c­ulière­ment en France. Des ques­tions qui devraient revenir dans quelques mois avec les 60 ans de la fin de la guerre d’Algérie qui arrivent en pleine cam­pagne prési­den­tielle… Au moins par­lera-t-on un peu moins d’Hitler ? Rien n’est moins sûr !

Illus­tra­tion : cap­ture d’écran vidéo du film “Les pro­duc­teurs” (2005).

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés