Accueil | Actualités | Médias | Free et la liberté d’expression

Free et la liberté d’expression

Solveig Godeluck, journaliste aux Échos, a été mise en examen pour diffamation, jeudi 22 novembre, à la suite d'une plainte déposée par Free Mobile après la publication le 1er mars 2012 d'un article intitulé « Pour faire face à Free, Bouygues lance un plan d'économies ». La faute à une citation de Didier Casas, secrétaire général de Bouygues Telecom, ironisant sur une « notion nouvelle de réseau vide qui couvre » à propos de celui de l'opérateur. Lui-même fait l'objet d'une plainte en diffamation.

Le 8 mars dernier, Iliad, la maison-mère de Free Mobile, avait prévenu qu'« à compter de ce jour », elle « [attaquerait] en justice toute personne dénigrant la réalité de [la] couverture [du réseau] ou de ses investissements ». Le grand public découvre alors un Xavier Niel (jusque là réputé défenseur de la liberté d'expression) « très procédurier », comme l'explique au Monde Renaud Lecadre, journaliste à Libération, qui a remporté les cinq procès en diffamation que lui a déjà fait le patron de Free.

Celui-ci s'en défend et explique au Monde que « la plainte n'est pas dirigée contre un journaliste, mais contre les propos d'un concurrent. Par le passé, j'ai porté plainte contre Libération, ce qui a entraîné une interpellation violente de Vittorio de Filippis. Je n'ai tiré aucune fierté de cet épisode et j'ai arrêté avec ces bêtises. Dans le cas de l'article des Échos, il s'agit de concurrents qui tiennent des propos diffamants et agressifs. »

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This