Accueil | Actualités | Médias | France Télévisions ne veut plus de Rachid Arhab
Pub­lié le 2 février 2014 | Éti­quettes : , , , , ,

France Télévisions ne veut plus de Rachid Arhab

D’après Le Canard Enchaîné, Rachid Arhab, présentateur du 13h de France 2 ayant rejoint le CSA en 2007, serait aujourd’hui persona non grata au sein du groupe public.

Alors qu’il souhaitait retrouver un poste à France Télévisions après avoir quitté le CSA, avec en main « un contrat signé par l'ex-pédégé de France Télévisions Patrick de Carolis lui garantissant son retour au sein de l'entreprise publique », Rachid Arhab n’y est plus le bienvenu, rapporte le Canard. Le journal satirique explique que Rémy Pflimlin, PDG du groupe, « ne veut pas entendre parler du retour de Rachid Arhab à la rédaction ».

Ce dernier a rencontré Patrice Papet, directeur général de France Télévisions, « qui lui a promis de trouver un arrangement avec son avocat ». Néanmoins, la situation reste tendue alors que le débat sur le statut professionnel des membres du CSA issus de France Télévisions est en cours depuis plusieurs mois. La récente loi sur l’audiovisuel précise qu’il est interdit à un membre du CSA d’avoir en même temps un contrat de travail dans une entreprise de l’audiovisuel.

Cependant, la loi ne prend malheureusement pas en compte les difficultés de retour dans leur média d’origine des membres du Conseil à la suite de leur contrat…

Crédit photo : Philippe Brizard via Wikimedia (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.