Accueil | Actualités | Médias | France Inter : Filippetti à l’origine du départ de Frédéric Mitterrand ?
Pub­lié le 28 avril 2014 | Éti­quettes : , ,

France Inter : Filippetti à l’origine du départ de Frédéric Mitterrand ?

Moins d'un an après son lancement, l'émission « Jour de Fred » animée par Frédéric Mitterrand sur France Inter va s'arrêter fin juin.

Depuis septembre 2013, l'ancien ministre de la Culture de François Fillon animait chaque soir du lundi au jeudi un entretien culturel. « J'entame ma cérémonie des adieux », a-t-il ironisé en plein bicentenaire des adieux de Napoléon Ier à Fontainebleau. « Grâce à Philippe Val et Laurence Bloch, les deux dirigeants de France Inter, j'ai vécu une année très riche en donnant la parole à de nombreuses personnalités de la culture. Mais, désormais, je préfère me consacrer à des projets plus personnels en revenant à la case départ », a-t-il poursuivi.

Mais cet arrêt volontaire n'est, semble-t-il, pas sans cause. Au Monde, Frédéric Mitterrand dénonce en effet des pressions de la part d'Aurélie Filippetti, actuelle ministre de la Culture. « Depuis mon arrivée sur France Inter qui lui a fortement déplu, Aurélie Filippetti me poursuit d'une animosité indigne de sa fonction », a-t-il avancé, relatant des appels téléphoniques de la ministre à la direction de Radio France lors de son arrivée sur la station. « Je remercie Jean-Luc Hees et Philippe Val de ne pas avoir cédé et montré leur indépendance », a souligné M. Mitterrand, qui estime également que son nom « fait peur dans les chaînes de télévision du service public où [il a] beaucoup de mal à être reçu pour proposer des projets ».

« Je paye très cher mon engagement auprès de Nicolas Sarkozy, mais je ne regrette rien », a-t-il conclu. Des accusations démenties par Aurélie Filippetti qui a réagi, dans les colonnes du Monde : « Je m'étonne qu'il y ait encore des gens pour remettre en question mon attachement à l'indépendance de l'audiovisuel public. Je ne suis jamais intervenue ni sur le choix des personnes ni sur le contenu des programmes. Jean-Luc Hess et l'ensemble des dirigeants de cette maison peuvent en témoigner. Je suis la ministre qui a fait voter la loi la plus progressiste en faveur de cette totale indépendance. S'il en fallait une preuve, c'est l'ancien directeur adjoint de cabinet de Frédéric Mitterrand au ministère de la culture et de la communication qui a été choisi pour diriger Radio France. Et c'est bien entendu ce nouveau président qui fait librement le choix de sa grille de rentrée. Il est donc pour le moins savoureux de lire que je serais à l'origine du départ de Frédéric Mitterrand de France Inter et de la fin de son émission. »

Voir notre infographie de Radio France

Crédit photo : hennerintime via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux