Accueil | Actualités | Médias | France 3 : une campagne de pub pro-féministe choque… les féministes
Pub­lié le 7 octobre 2015 | Éti­quettes :

France 3 : une campagne de pub pro-féministe choque… les féministes

Les féministes n’ont, semble-t-il, pas beaucoup de « second degré ». C’est ce que France 3 a appris à ses dépens la semaine dernière.

Croyant bien faire, la chaîne s'est vantée, au détour d'un spot publicitaire, de compter de nombreuses femmes dans ses rédactions, et même plus de présentatrices que de présentateurs. Dans la vidéo, on peut voir une succession de plans montrant une maison délaissée (four allumé, chambres non-rangées, fer à repasser en flamme, toilettes sales...), suivi de la musique « Où sont les femmes ? » et du message : « Elles sont sur France 3. La majorité de nos présentateurs sont des présentatrices. »

Se voulant humoristique, la vidéo n'a pourtant pas été du goût des féministes, dont le sens de l'humour n’est apparemment pas la qualité première. Sur Twitter, le blog féministe Balle de sexisme a trouvé le spot « affligeant ». « Rien de plus qu'un ramassis de clichés sexistes! C'était pourtant une bonne chose à mettre en avant... Dommage! », a-t-il poursuivi.

« Sondage : doit-on doit expliquer à @France3tv ce qui ne va pas avec leur campagne de promotion des femmes? », s'est pour sa part demandé le site Macholand, qui répertorie « les publicités sexistes ». Pascale Boistard, Secrétaire d'État en charge du droit des femmes s'est elle aussi fendue d'un tweet, estimant que la campagne de France 3 n'était « pas une bonne manière de valoriser l'égalité professionnelle chez les animateurs télé ».

Face au tollé, France 3 s'est empressé de déprogrammer sa campagne. Une demande émanant directement de la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, annonce puremedias.com. « Merci à Delphine Ernotte pour son écoute et sa réaction rapide », s'est réjouie Pascale Boistard.

France 3 pensait bien faire en donnant des gages de politiquement correct. Manque de bol, elle a commis une grave erreur : croire que l’on pouvait encore plaisanter avec le féminisme.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This