Accueil | Actualités | Médias | France 3 : une campagne de pub pro-féministe choque… les féministes
Pub­lié le 7 octobre 2015 | Éti­quettes :

France 3 : une campagne de pub pro-féministe choque… les féministes

Les féministes n’ont, semble-t-il, pas beaucoup de « second degré ». C’est ce que France 3 a appris à ses dépens la semaine dernière.

Croyant bien faire, la chaîne s'est vantée, au détour d'un spot publicitaire, de compter de nombreuses femmes dans ses rédactions, et même plus de présentatrices que de présentateurs. Dans la vidéo, on peut voir une succession de plans montrant une maison délaissée (four allumé, chambres non-rangées, fer à repasser en flamme, toilettes sales...), suivi de la musique « Où sont les femmes ? » et du message : « Elles sont sur France 3. La majorité de nos présentateurs sont des présentatrices. »

Se voulant humoristique, la vidéo n'a pourtant pas été du goût des féministes, dont le sens de l'humour n’est apparemment pas la qualité première. Sur Twitter, le blog féministe Balle de sexisme a trouvé le spot « affligeant ». « Rien de plus qu'un ramassis de clichés sexistes! C'était pourtant une bonne chose à mettre en avant... Dommage! », a-t-il poursuivi.

« Sondage : doit-on doit expliquer à @France3tv ce qui ne va pas avec leur campagne de promotion des femmes? », s'est pour sa part demandé le site Macholand, qui répertorie « les publicités sexistes ». Pascale Boistard, Secrétaire d'État en charge du droit des femmes s'est elle aussi fendue d'un tweet, estimant que la campagne de France 3 n'était « pas une bonne manière de valoriser l'égalité professionnelle chez les animateurs télé ».

Face au tollé, France 3 s'est empressé de déprogrammer sa campagne. Une demande émanant directement de la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, annonce puremedias.com. « Merci à Delphine Ernotte pour son écoute et sa réaction rapide », s'est réjouie Pascale Boistard.

France 3 pensait bien faire en donnant des gages de politiquement correct. Manque de bol, elle a commis une grave erreur : croire que l’on pouvait encore plaisanter avec le féminisme.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This