Accueil | Actualités | Médias | France 2 fait de la «publicité clandestine» pour ses journalistes
Pub­lié le 12 octobre 2013 | Éti­quettes : , , ,

France 2 fait de la «publicité clandestine» pour ses journalistes

France Télévisions vient d'être mis en demeure par le Conseil supérieur de l'audiovisuel suite à plusieurs publicités clandestines pour les ouvrages de ses journalistes et animateurs.

Tout d'abord, le 14 juillet 2013, lors de l'émission « Stade 2 », « un ouvrage écrit par l’un des journalistes sportifs de la chaîne a été présenté ». « Cet ouvrage, dont la couverture a été visualisée à plusieurs reprises, a ainsi bénéficié d’une promotion appuyée, accompagnée de l’indication de son prix et de son éditeur, en méconnaissance de l’article 9 du décret du 27 mars 1992 qui prohibe la publicité clandestine », affirme le CSA.

D'autre part, le dernier livre de Gérard Holtz (qui travaille au service sport de France Télévisions) sur Les 100 histoires de légende du Tour de France était présenté lors du journal de 13h du 30 juin 2013 en la présence du journaliste. Le CSA estime qu'il l’a été « d’une manière laudative avec visualisation de la couverture et d’images d’archives illustrant les exemples tirés du livre ».

Enfin, lors du journal de 20h du 7 juillet 2013, Laurent Ruquier était invité pour évoquer sa carrière et parler de son dernier livre, On préfère encore en rire. « Au cours de l’entretien, cet ouvrage, dont la couverture a été visualisée à l’écran à quatre reprises, a fait l’objet d’indications détaillées portant sur son titre, son éditeur et sa date de sortie en librairie », relève le Conseil.

Et le CSA de conclure : « S’il est possible de faire intervenir des personnalités afin de présenter des biens ou des services qu’elles ont contribué à élaborer, cette pratique doit s’exercer sans complaisance, sous peine de relever de la publicité clandestine prohibée par l’article 9 du décret du 27 mars 1992. »

Voir le portrait que l’Ojim
a consacré à Laurent Ruquier

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux