Accueil | Actualités | Médias | Faits divers : hausse de 73% en 10 ans dans les JT
Pub­lié le 20 juin 2013 | Éti­quettes : , , ,

Faits divers : hausse de 73% en 10 ans dans les JT

Selon le baromètre de l'Institut national de l'audiovisuel (INA), le nombre de sujets consacrés aux faits divers dans les journaux télévisés du soir sur les chaînes historiques a augmenté de 73 % en dix ans.

Les chaînes y consacrent « plus de cinq sujets en moyenne par jour », soit 2 062 sujets dans les JT en 2012, contre 1 191 en 2002. Les actes de violence envers les personnes représentent la moitié des sujets traités, suivis par les accidents, les actes de banditisme et les violences antisociales. Les faits les plus diffusés en 2012 sont : la tuerie de Chevaline (130 sujets) et trois fusillades aux États-Unis (146 sujets).

M6 est la chaîne qui leur a réservé la plus grande place en 2012 avec 9,4 % de son JT (517 sujets). Suivent France 3 (7,6 %, 404 sujets), TF1 (6,2 %), et France 2 (5,5 %, 454 sujets). Par contre, les faits divers sont quasiment absents du journal télévisé d’Arte, avec seulement 1,1 % pour 38 sujets traités.

Les faits divers ont occupé en 2012 la septième place derrière les sujets de société, l'information internationale, la politique, l'économie et le sport. « Les faits divers font diversion », disait Bourdieu…

Crédit photo : reverte via Flickr / montage Ojim (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux