Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
États-Unis : Curée médiatique après un tweet « raciste »

26 décembre 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | États-Unis : Curée médiatique après un tweet « raciste »

États-Unis : Curée médiatique après un tweet « raciste »

Avant son départ pour l’Afrique du Sud, Justine Sacco, jeune et blonde chargée de communication américaine, a eu le mauvais goût (et le malheur) de poster sur Twitter une très mauvaise plaisanterie à connotation raciste.

« Je pars en Afrique. J’e­spère que je n’at­trap­erai pas le Sida… Je rigole, je suis blanche ! », a‑t-elle ain­si lancé sur son compte twit­ter comp­tant env­i­ron 500 abon­nés.

Mais ce Tweet, somme toute plus bête que méchant, a déclenché sur le réseau social un véri­ta­ble déchaîne­ment numérique, les inter­nautes surenchéris­sant dans l’in­vec­tive et l’hal­lali con­tre la jeune femme.

Le site « Buz­zfeed » a notam­ment été le pre­mier à s’emparer de l’histoire en se met­tant à con­scien­cieuse­ment fouiller l’historique du compte Twit­ter de Jus­tine Sac­co pour y dénich­er d’autres mes­sages « ten­dan­cieux ». Le lyn­chage s’est alors encore ampli­fié : agres­sions ver­bales, insultes, men­aces, et spécu­la­tions ironiques sur l’avenir pro­fes­sion­nel de Jus­tine…

Con­tac­té par de furieux vengeurs, l’employeur de la jeune com­mu­ni­cante a d’ailleurs annon­cé sans hésiter son licen­ciement immé­di­at. Tout cela alors que la jeune femme n’é­tait pas encore sor­tie de son avion !

Dès son arrivée à Capetown, Justien Sac­co a été assail­lie par une horde de reporters voulant obtenir sa réac­tion et la som­mant de se jus­ti­fi­er. Des pho­tos d’elles ont été pris­es et dif­fusées sur le web, finis­sant de ruin­er sa répu­ta­tion. La jeune femme a alors ten­té de s’ex­cuser mais le tor­rent de haine à son égard a con­tin­ué à enfler. La vie entière de Jus­tine Sac­co sem­ble ain­si aujour­d’hui ruinée par ce tweet imbé­cile.

Un « emballe­ment numérique » aus­si incroy­able que dis­pro­por­tion­né, et à vrai dire assez ter­ri­fi­ant, qui mon­tre une nou­velle fois la capac­ité de nui­sance du « réseau » lorsqu’il s’empare d’une vic­time expi­a­toire.

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision