Accueil | Actualités | Médias | Équateur : le gouvernement contre les médias privés
Pub­lié le 27 septembre 2013 | Éti­quettes :

Équateur : le gouvernement contre les médias privés

Quelques semaines après que le président ait proposé un référendum sur la suppression de la presse écrite, « le gouvernement équatorien a annoncé vendredi 20 septembre que 55 stations de radio et de télévision se verront bientôt retirer leurs autorisations de diffusion », selon Le Monde.

En effet, une nouvelle loi oblige désormais les stations radios « à présenter une déclaration sous serment certifiant qu'elles utilisent depuis deux ans en leur nom propre les fréquences leur ayant été attribuées ». Une façon de s'en prendre aux grands groupes de médias privés, hostiles au gouvernement.

Selon le président équatorien, cette loi sur la communication a pour objectif de « permettre une bonne presse, une véritable liberté d'expression », en prévoyant notamment « une nouvelle répartition des ondes en trois parts égales entre les médias publics, communautaires et les groupes privés qui jusqu'ici étaient en position dominante avec environ 80 % des fréquences » et en créant un conseil de régulation, habilité à infliger des amendes aux groupes de presse.

Source : Le Monde

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This