Accueil | Actualités | Médias | Équateur : un référendum contre la presse papier
Pub­lié le 27 août 2013 | Éti­quettes :

Équateur : un référendum contre la presse papier

Vivement critiqué par la presse papier privée, le président équatorien Rafael Correa a proposé sur Twitter de soumettre l’idée sa suppression au référendum.

Cette vive opposition se fait dans un contexte tendu autour d’une question écologique d’actualité en Équateur. La semaine dernière, Rafael Correa a demandé à l'Assemblée nationale l'autorisation d'exploiter le pétrole à Yasuni, une importante réserve écologique située en Amazonie. Cette demande faite suite à l'échec d'un appel de fonds international pour éviter l'extraction de ces réserves de 920 millions de barils de pétrole – soit 20 % des réserves de l'Équateur.

Plusieurs organisations de défense des indigènes et de la forêt ont riposté, soutenues et relayées par la presse privée avec laquelle le président est en lutte depuis le début de son mandat – l’accusant notamment d’être favorable à l’opposition. Se servant de cette question écologique pour attaquer le régime, la presse écrite s’est donc vue opposer un argument tout autant écologique.

« Aujourd'hui, les plus grands 'écologistes' sont les quotidiens mercantilistes. Eh bien si nous allons jusqu'à la consultation populaire, nous proposerons aussi que les journaux soient seulement en ligne pour économiser du papier et éviter l'abattage aveugle des arbres », a publié M. Correa sur son compte Twitter, non sans ironie.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This