Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
En Pologne sous Donald Tusk, les journalistes d’opposition étaient surveillés de près…

23 mai 2016

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | En Pologne sous Donald Tusk, les journalistes d’opposition étaient surveillés de près…

En Pologne sous Donald Tusk, les journalistes d’opposition étaient surveillés de près…

Le 11 mai, le gouvernement conservateur (PiS) de Beata Szydło présentait un audit des 8 ans de gouvernement « libéral » sous la direction de Donald Tusk, puis d’Ewa Kopacz à partir de 2014 quand Donald Tusk est devenu président du Conseil européen.

Cer­tains des rap­ports présen­tés ont abor­dé la ques­tion de la sur­veil­lance illé­gale de lead­ers poli­tiques et de jour­nal­istes d’opposition par les ser­vices spé­ci­aux dans les années 2007–2015. La chan­cel­lerie du pre­mier min­istre a ain­si pub­lié une liste de 42 jour­nal­istes sur­veil­lés par le con­tre-ren­seigne­ment (ABW) et le bureau de lutte anti-cor­rup­tion (CBA). Une liste que voici :

En Pologne sous Donald Tusk, les journalistes d’opposition étaient surveillés de près…

En Pologne sous Don­ald Tusk, les jour­nal­istes d’opposition étaient sur­veil­lés de près…

Il s’agit notam­ment de jour­nal­istes qui se sont intéressés à la cat­a­stro­phe aéri­enne de Smolen­sk, où le prési­dent Lech Kaczyńs­ki a trou­vé la mort, à l’affaire des enreg­istrements secrets qui ont per­mis de con­naître les con­ver­sa­tions de grands dirigeants poli­tiques et économiques du pays en 2013–2014, et à plusieurs affaires de cor­rup­tion. On trou­ve par exem­ple sur cette liste le nom de Cezary Gmyz, un jour­nal­iste d’investigation qui avait fait couler beau­coup d’encre en novem­bre 2012 quand il avait révélé la présence de traces d’explosifs détec­tée par les enquê­teurs polon­ais deux ans et demie après Smolen­sk. Un exem­ple par­mi d’autres de jour­nal­iste sur­veil­lé après avoir mis à jour des affaires de cor­rup­tion, c’est Paweł Miter (n° 3 de la deux­ième liste ci-dessus), auteur d’une provo­ca­tion qui avait per­mis de mon­tr­er que le prési­dent du tri­bunal de Gdańsk était au ser­vice du pre­mier min­istre Don­ald Tusk dans l’enquête sur l’affaire de la fail­lite d’une insti­tu­tion para­ban­caire, Amber Gold. Les noms lais­sés vides dans la liste ci-dessus cor­re­spon­dent à des jour­nal­istes pour lesquels l’intérêt des ser­vices secrets découlait d’une réelle activ­ité de con­tre-espi­onnage ou de lutte anti-cor­rup­tion.

Les révéla­tions se suiv­ent depuis le début de l’année sur la sur­veil­lance et les écoutes illé­gales de jour­nal­istes à l’époque du gou­verne­ment de coali­tion PO-PSL. Début mars, l’hebdomadaire con­ser­va­teur Do Rzeczy pub­li­ait une liste com­por­tant encore d’autres noms. Les jour­nal­istes con­cernés s’étaient intéressés de trop près à dif­férentes affaires de cor­rup­tion qui avaient éclaboussé le gou­verne­ment de Don­ald Tusk ou bien ils étaient les rédac­teurs en chef de jour­naux d’opposition, comme Paweł Lisic­ki et son adjoint, Piotr Gabryel, qui dirigeait le pres­tigieux quo­ti­di­en libéral-con­ser­va­teur Rzecz­pospolita avant d’être rem­placés à l’initiative du gou­verne­ment de Don­ald Tusk (ils sont aujourd’hui à la tête de Do Rzeczy).

Les moyens mis en œuvre par les ser­vices polon­ais allaient de la fila­ture et de l’utilisation des don­nées des opéra­teurs de télé­phonie mobile, pour con­naître les numéros appelés et les tra­jets réal­isés par les jour­nal­istes, à la mise sur écoutes dans cer­tains cas.

Le 16 mai, le jour­nal con­ser­va­teur Gaze­ta Pol­s­ka codzi­en­nie pub­li­ait de nou­velles révéla­tions sur les opéra­tions de sur­veil­lance par le con­tre-espi­onnage mil­i­taire (SKW) qui s’étaient inten­si­fiées après la cat­a­stro­phe de Smolen­sk, c’est-à-dire après le 10 avril 2010. Auraient été vic­times de cette sur­veil­lance rap­prochée des jour­nal­istes de Gaze­ta Pol­s­ka, du jour­nal catholique Nasz Dzi­en­nik, de la radio catholique Radio Mary­ja et de la télévi­sion publique où tra­vail­laient encore, jusqu’en 2010, des jour­nal­istes d’opposition qui s’intéressaient de près à la cat­a­stro­phe de Smolen­sk, comme Ani­ta Gar­gas, auteur de plusieurs doc­u­men­taires sur la ques­tion (licen­ciée en octo­bre 2010 après l’émission d’un de ces doc­u­men­taires, très cri­tique pour la manière dont l’enquête sur la cat­a­stro­phe de Smolen­sk était menée). Le par­quet de Varso­vie a été saisi de l’affaire.

Toutes les opéra­tions des ser­vices spé­ci­aux polon­ais à l’époque du pre­mier min­istre Don­ald Tusk n’avaient toute­fois pas été aus­si dis­crètes. Le 18 juin 2014, l’hebdomadaire Wprost, qui le pre­mier avait pub­lié une par­tie des fameux enreg­istrements réal­isés secrète­ment, fai­sait l’objet d’une perqui­si­tion de pro­cureurs assistés par des agents de l’ABW, le ser­vice de con­tre-ren­seigne­ment, en présence de caméras de télévi­sion rameutées par les jour­nal­istes du jour­nal. Les représen­tants de l’ordre ont ain­si été filmés en direct alors qu’ils ten­taient de saisir les enreg­istrements en pos­ses­sion de la rédac­tion de Wprost et alors que Syl­west­er Latkows­ki, le rédac­teur en chef du mag­a­zine (n° 14 sur la pre­mière liste ci-dessus), résis­tait à la ten­ta­tive de lui arracher son ordi­na­teur des mains. Cette vio­la­tion fla­grante du droit de la presse en Pologne n’avait pas à l’époque fait réa­gir la Com­mis­sion Européenne ni les médias européens qui n’ont fait mine de s’inquiéter de la lib­erté de la presse en Pologne qu’après l’arrivée du PiS au pou­voir après les élec­tions du 25 octo­bre 2015. En avril 2016, le nou­veau coor­di­na­teur des ser­vices spé­ci­aux Mar­iusz Kamińs­ki a annon­cé une nou­velle enquête du par­quet au sujet de cette perqui­si­tion dans les locaux de Wprost. La pre­mière avait été annulée en avril 2015.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).