Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
[Dossier] Télévision publique polonaise, ce qui a changé avec l’arrivée du PiS au pouvoir

20 août 2016

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Dossiers | [Dossier] Télévision publique polonaise, ce qui a changé avec l’arrivée du PiS au pouvoir

[Dossier] Télévision publique polonaise, ce qui a changé avec l’arrivée du PiS au pouvoir

[Pre­mière dif­fu­sion le 15 févri­er 2016] Red­if­fu­sions esti­vales 2016

La nouvelle majorité conservatrice au pouvoir est bien décidée à rééquilibrer le paysage audiovisuel polonais, largement dominé par les progressistes pro-européens. La télévision publique polonaise va-t-elle passer d’une propagande à l’autre ou va-t-elle au contraire gagner en indépendance ?

Le par­lement polon­ais a adop­té le 31 décem­bre dernier une « petite loi sur les médias », la grande loi de réforme des médias publics étant atten­due pour le print­emps. Cette « petite loi » a changé la manière dont sont nom­més les direc­toires et les con­seils de sur­veil­lance de la radio et de la télévi­sion publiques. Désor­mais, ce n’est plus le Con­seil nation­al de la radio­phonie et de la télévi­sion (KRRiT) qui nomme les mem­bres de ces organes, mais le min­istre du Tré­sor pub­lic qui est aus­si le min­istre de tutelle de toutes les entre­pris­es publiques. En ver­tu de la nou­velle loi, les man­dats des mem­bres actuels des direc­toires et con­seils de sur­veil­lance des médias publics pren­nent fin, ce qui per­met à la nou­velle majorité par­lemen­taire d’en nom­mer de nou­veaux. Le 8 jan­vi­er, c’est donc un homme proche du par­ti Droit et Jus­tice (PiS), Jacek Kurs­ki, homme poli­tique et jour­nal­iste, qui est devenu le nou­veau prési­dent de la télévi­sion publique polon­aise TVP. Le min­istre du Tré­sor pub­lic a égale­ment nom­mé le même jour une nou­velle prési­dente de la radio publique Pol­skie Radio, et un nou­veau directeur pour la chaîne d’information publique TVP Info ain­si que pour l’agence d’information de TVP. La télévi­sion publique, et notam­ment sa branche infor­ma­tion, pren­nent ain­si un tour claire­ment con­ser­va­teur.

Le grand ménage

Il est encore trop tôt pour dire à quoi ressem­bleront les médias publics polon­ais après la grande réforme du print­emps. Le but affiché est de les ren­dre moins com­mer­ci­aux et de les recen­tr­er sur leur mis­sion de ser­vice pub­lic, mais à ce jour leur future indépen­dance n’est pas garantie. En principe il devrait être créé un Con­seil des médias nationaux (RMN) qui sera l’autorité de sur­veil­lance des médias publics, ce qui ôtera de l’importance au KRRiT dont l’existence est imposée par la con­sti­tu­tion polon­aise sans que ses mis­sions soient pré­cisé­ment définies. Si les mem­bres du KRRiT ont été nom­més par la Diète, le Sénat et le prési­dent précé­dents pour une durée de 6 ans, le par­lement a chaque année la pos­si­bil­ité de rejeter le rap­port d’activité du KRRiT, ce qui entraîne automa­tique­ment l’extinction de son man­dat et la néces­sité de nom­mer de nou­veaux mem­bres. C’est prob­a­ble­ment ce qui va se pass­er en avril prochain, car la com­po­si­tion actuelle du con­seil de l’audiovisuel polon­ais résulte d’un accord passé en 2010, après la mort du prési­dent Lech Kaczyńs­ki dans la cat­a­stro­phe aéri­enne de Smolen­sk et l’élection du prési­dent Bro­nisław Komorows­ki. Cet accord passé entre la coali­tion PO-PSL au pou­voir et le par­ti social-démoc­rate SLD (issu de l’ancien par­ti com­mu­niste) a per­mis à ces par­tis de se partager le KRRiT et les médias publics. Ain­si, le prési­dent actuel du KRRiT est un ancien cadre du par­ti Plate­forme civique (PO) et les trois autres mem­bres sont d’anciens cadre de la PO, du par­ti « paysan » PSL et du SLD. Le mem­bre choisi par le SLD était un dig­ni­taire du par­ti com­mu­niste à l’époque de la dic­tature. Après les nou­velles nom­i­na­tions à la tête de TVP et de Pol­skie Radio par le nou­veau KRRiT, qua­si­ment tous les jour­nal­istes con­ser­va­teurs, jugés trop proches du PiS (pre­mier par­ti d’opposition) ou gênants pour le gou­verne­ment PO-PSL de l’actuel prési­dent du Con­seil européen Don­ald Tusk ont per­du leur tra­vail dans les médias publics.

Des médias publics farouchement anti-conservateurs

De l’avis de l’électorat du PiS, les médias publics ont alors été trans­for­més en organes de pro­pa­gande pro­gres­sistes, européistes et surtout anti-PiS. Il est cer­tain que le style des infor­ma­tions télévisées a beau­coup changé en 2010 : un plus grand nom­bre de sujets mais avec un traite­ment plus super­fi­ciel, et aus­si beau­coup plus de coupures et de mon­tage des déc­la­ra­tions des uns et des autres, à la mode des deux grandes télévi­sions d’information privées TVN et Pol­sat, ce qui per­met bien enten­du toutes les manip­u­la­tions. Cette ori­en­ta­tion claire­ment anti-oppo­si­tion con­ser­va­trice s’est trans­for­mée en de vio­lentes attaques con­tre la nou­velle majorité et le nou­veau gou­verne­ment de Bea­ta Szy­dło après les élec­tions du 25 octo­bre gag­nées par le PiS. Ain­si, lorsque le 22 novem­bre le nou­veau min­istre de la Cul­ture est venu s’exprimer sur la chaîne TVP Info à pro­pos d’une pièce de théâtre con­tenant des scènes pornographiques présen­tée au Teatr Pol­s­ki de la ville de Wrocław, et donc sub­ven­tion­née, pour expli­quer pourquoi il avait demandé l’interdiction de cette représen­ta­tion, la jour­nal­iste cen­sée lui per­me­t­tre d’exprimer sa posi­tion et celle du gou­verne­ment n’a cessé de l’interrompre et de l’attaquer, l’empêchant car­ré­ment de par­ler. Le PiS était donc sous une forte pres­sion de son élec­torat et de cer­tains médias con­ser­va­teurs pour rem­plac­er rapi­de­ment la direc­tion des chaînes publiques.

2,5 millions de Polonais se mobilisent pour une chaîne catholique

L’exigence de médias publics plus « objec­tifs », ou en tout cas aus­si plus bien­veil­lants vis-à-vis de la nou­velle majorité, est d’autant plus forte que les médias privés sont large­ment dom­inés par l’idéologie pro­gres­siste, européiste, pro-LGBT et anti-PiS. C’est sans l’ombre d’un doute l’orientation des deux gross­es chaînes privées, TVN et Pol­sat, qui se parta­gent avec leurs sous-chaînes la qua­si-total­ité du bou­quet de la TNT (hormis les fréquences occupées par la télévi­sion publique). TVN, après avoir appartenu un temps au Français Canal+, à été reven­du en 2015 à l’Américain Scripps Net­works. Pol­sat appar­tient majori­taire­ment à un homme d’affaires polon­ais qui est aus­si un ancien déla­teur au ser­vice de la police poli­tique du régime com­mu­niste. Si l’on trou­ve aujourd’hui sur la TNT une seule chaîne catholique et con­ser­va­trice, plus proche du PiS que des autres par­tis, ce n’est que grâce à la pres­sion de la rue : de 2012 à 2013, au moment où les fréquences étaient attribuées, le con­seil de l’audiovisuel KRRiT refu­sait une place à TV Trwam, du groupe médi­a­tique Lux Ver­i­tatis (égale­ment pro­prié­taire de la sta­tion de radio Radio Mary­ja et du quo­ti­di­en nation­al Nasz Dzi­en­nik) appar­tenant à l’ordre des Rédemp­toriste. La plus grosse man­i­fes­ta­tion (il y en a eu des cen­taines dans tout le pays) a réu­ni env­i­ron 200 000 per­son­nes en sep­tem­bre 2012 à Varso­vie et plus de 2,5 mil­lion de sig­na­tures de protes­ta­tions ont été envoyées au KRRiT pour l’obliger à accorder une con­ces­sion sur la TNT à une chaîne catholique dans ce pays de 38 mil­lions d’habitants dont plus de 90 % se con­sid­èrent catholiques et 40 % se ren­dent régulière­ment à la messe le dimanche. Aupar­a­vant, la télévi­sion TV Trwam ne pou­vait être vue que sur le câble ou avec une antenne satel­lite.

La grille des pro­grammes de TV Trwam est cepen­dant dom­inée par des émis­sions religieuses et d’évangélisation, et les pro­grammes d’information ou à car­ac­tère poli­tique y sont minori­taires. La seule autre télévi­sion privée con­ser­va­trice, Telewiz­ja Repub­li­ka, récente et aux moyens très lim­ités par rap­port aux grands groupes médi­a­tiques, ne peut pas être vue sur la TNT. Mais aujourd’hui, avec la télévi­sion publique qui prend un tour con­ser­va­teur face aux deux grands groupes médi­a­tiques TVN et Pol­sat, le paysage télévi­suel polon­ais devient plus diver­si­fié et plus équili­bré. D’où la ten­ta­tion, à l’heure où la « grande loi médi­a­tique » du print­emps est en pré­pa­ra­tion, d’agir comme le gou­verne­ment précé­dent plutôt que de chercher à faire de la télévi­sion publique une télévi­sion objec­tive et neu­tre, si tant est qu’une telle télévi­sion est pos­si­ble.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.