Accueil | Actualités | Médias | Emmanuel Todd rit avec le diable
Pub­lié le 5 février 2013 | Éti­quettes : , , ,

Emmanuel Todd rit avec le diable

On ne peut décidément pas rire avec le Front National ! Après la journaliste de France 3, Anne-Gaëlle Matosky, qui a récemment fait retirer d’un reportage un extrait où on pouvait la voir rire avec Gilbert Collard, c’est au tour d’Emmanuel Todd d’en faire l’expérience.

Invité à débattre avec Marine Le Pen sur le plateau de « Mots Croisés » lundi 28 janvier sur France 2, l’économiste a eu le malheur de rire à une remarque de cette dernière sur l’intervention française au Mali. Estimant que la France n’avait pas à s’excuser d’être intervenue seule, la présidente du Front National s’est fendue d’une cinglante comparaison avec l’expérience afghane : « Est-ce que c'est un succès d'être ensemble ? Moi j'ai vu en Afghanistan, tout le monde y était. Excusez-moi, quand on regarde les résultats, ce n'était pas particulièrement brillant. »

Visiblement amusé par la remarque ironique, Emmanuel Todd a alors lâché un petit rire sur le plateau d’Yves Calvi. Le rire de trop pour Jean Quatremer, qui s’est empressé de crier sa révolte sur son compte Twitter. Le journaliste s’est en effet dit « choqué » et a dans la foulée accusé Todd de « complicité avec le FN » et d’être « sur la même longueur d’ondes » que Marine Le Pen !

Jean Quatremer, européen convaincu et correspondant de Libération à Bruxelles a enchainé sur la prétendue « détestation de l’UE » et la « germanophobie » de l’économiste, qui selon lui a probablement le mauvais goût d’être un peu trop critique à l’égard de l’Union Européenne et de l’euro, comme l’est également… la présidente du Front National. Et tant pis si Emmanuel Todd s’en est pris au programme du FN au cours de l’émission. Pour Jean Quatremer, ce n’était qu’un moyen de se « dédouaner ».

Chien de garde de l’Union Européenne en danger ? Nul ne sait. Quoi qu’il en soit, il n’est décidément pas de bon ton de rire avec le diable.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux