Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Écoles : la semaine de lutte contre le racisme et l’antisémitisme approche !

3 mars 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Écoles : la semaine de lutte contre le racisme et l’antisémitisme approche !

Écoles : la semaine de lutte contre le racisme et l’antisémitisme approche !

Canopé, « le réseau de création et d’accompagnement pédagogique », successeur moderne des anciens CNDP (Centre National de Documentation Pédagogique), base de ressources et de projets pour le monde enseignant et plus généralement scolaire, relance sa « semaine de lutte contre le racisme et l’antisémitisme » dans les établissements scolaires. C’est parti ! Ce sera la semaine du 21 au 28 mars 2020, sous le haut patronage du #tousuniscontrelahaine.

La présentation qui est envoyée à tous les enseignants de France

« Prévenir le racisme et l’antisémitisme en milieu sco­laire
Vous souhaitez pro­pos­er une action, débat­tre en classe ou con­naître le pro­gramme des évène­ments organ­isés dans le cadre de la Semaine d’éducation et d’actions con­tre le racisme et l’antisémitisme ?
Cette semaine (21 au 28 mars 2020) a pour but de don­ner une impul­sion nationale forte aux pro­jets édu­cat­ifs de préven­tion du racisme et de l’antisémitisme, de défense de la pro­mo­tion des droits de l’Homme et des principes fon­da­men­taux de la république ».

Elle s’accompagne de liens vers une série de sites spé­cial­isés de Canopé, dont :

  • Édu­quer con­tre le racisme et l’antisémitisme : ressources pour « com­pren­dre les prin­ci­pales notions, agir en classe con­tre les dis­crim­i­na­tions et accom­pa­g­n­er la mise en oeu­vre de parte­nar­i­ats et de pro­jets ».
  • Aux films, citoyens ! Site qui pro­pose dix films « offrant aux élèves l’occasion d’un exer­ci­ce d’ouverture du regard et d’appréhension de la diver­sité sociale, cul­turelle et artis­tique. Le but étant de dévelop­per l’esprit cri­tique des élèves, par­tic­i­pant ain­si à l’épanouissement de leur lib­erté de regard et de leur con­science de citoyen ». Chaque film est accom­pa­g­né de ressources et de dossiers pour l’enseignant. Les films sont classés dans un onglet inti­t­ulé « 10 longs métrages pour abor­der les valeurs de la république ». Ils sont en accès libre. Ce sont : Azur et Asmar, Danc­ing in Jaf­fa, Jean de la lune, La planète sauvage, La prophétie des grenouilles, Au revoir les enfants, Les Glaneurs et la Glaneuse, La Grande Illu­sion, Le Havre, rue Case-Nègres.

De quoi faire tourn­er la pro­pa­gande diver­si­taire à plein régime.

  • Les valeurs de la République L’objectif est « la trans­mis­sion des valeurs répub­li­caines telles que la lib­erté, la fra­ter­nité, la laïc­ité et l’absence de dis­crim­i­na­tion. Cet out­il de référence regroupe de mul­ti­ples ressources autant pour la cul­ture human­iste que pour l’enseignement moral et civique ».

Il y a d’autres ressources mis­es en avant :

  • Dis-nous, Lat­i­fa c’est quoi la tolérance (la cou­ver­ture mon­tre Lat­i­fa, jeune femme voilée, entourée de plein de jeunes aux­quels elle par­le).
  • Leçons de la Shoah
  • Voy­age à Auschwitz. Réc­it d’un jeune Rom.
  • Mémoires européennes des camps nazis

L’ensemble est com­plété par des MOOC, des livrets « pour agir à l’école », mais aus­si par un lien vers des doc­u­men­taires organ­isés en « saisons » et inti­t­ulés « Les derniers ». Présen­ta­tion :

« Sophie Nahum rend vis­ite chez eux aux derniers sur­vivants des camps de con­cen­tra­tion. Élie Buzyn, Yvette Lévy, Esther Senot, Ginette Kolin­ka ou Hen­ri Bor­lant sont quelques-uns par­mi les 20 qu’elle a à ce jour ren­con­trés. Ces courts por­traits per­me­t­tent à cha­cun de pren­dre la mesure de l’hor­reur de la dépor­ta­tion, de leur trau­ma­tisme, mais aus­si de décou­vrir leur vie après, la résilience, l’héroïsme dont ils ont fait preuve et leur inquié­tude face au présent. En effet, si à l’hiv­er de leur vie ils témoignent c’est, bien sûr, pour la mémoire des dis­parus mais aus­si pour l’avenir.  Ces témoignages en libre accès con­stituent un out­il pré­cieux pour lancer la parole des élèves. Le pro­jet « Les Derniers », aux mul­ti­ples facettes, con­tin­ue. Un film, un livre et un DVD suiv­ront bien­tôt. »

Une page de dizaines d’associations agréées par l’éducation nationale se trou­ve aus­si sur le site de Canopé. On y trou­vera entre autres : « Mou­ve­ment d’af­fir­ma­tion des jeunes les­bi­ennes, gais, bi et trans — Mag jeunes LGBT. Lasso­ci­a­tion MAG jeunes LGBT lutte con­tre les LGBT­pho­bies et le sex­isme à tra­vers des inter­ven­tions en milieu sco­laire organ­isées par des jeunes à des­ti­na­tion des jeunes. Elle met égale­ment à dis­po­si­tion des per­son­nels enseignants des enquêtes, des recherch­es et le kit péd­a­gogique de lasso­ci­a­tion. »

Il n’est pas inter­dit de se deman­der ce que cette page a à voir avec le racisme et l’antisémitisme, une par­mi beau­coup d’autres.

Un lien per­met de « retrou­ver toutes les actions à prox­im­ité aux­quelles vous pour­rez par­ticiper avec vos élèves ». Il con­duit sur le site de la DILCRAH qui recense toutes les actions menées dans tout type de lieu. Un autre lien per­met ceci.

Toutes les actions ren­voient à la lutte con­tre les mêmes formes de dis­crim­i­na­tions. Des actions qui sont déjà très forte­ment présentes au quo­ti­di­en dans les étab­lisse­ments sco­laires, for­mant même le cœur des pro­grammes. Il ne s’agit guère de lutte mais de façon­nage des esprits. La semaine spé­ci­fique organ­isée par l’Éducation nationale s’inscrit dans le cadre de la Journée inter­na­tionale pour l’élimination de la dis­crim­i­na­tion raciale, le 21 mars, instau­rée en 1966 par l’ONU. Élargie à une semaine entière en France, cette action arrive prochaine­ment : pré­parez vos enfants, ils en repren­nent une couche.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision