Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Duel Niel Pigasse pour Le Monde, une trêve est signée, Niel en position de force

25 septembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Duel Niel Pigasse pour Le Monde, une trêve est signée, Niel en position de force

Duel Niel Pigasse pour Le Monde, une trêve est signée, Niel en position de force

Résumons : après l’irruption du Tchèque Daniel Kretinsky qui avait racheté 49% des parts de Matthieu Pigasse (infographie ici) le duo Pigasse/Kretinsky avait annoncé vouloir racheter les 20% de l’espagnol Prisa et la moitié des parts de l’héritier de feu Pierre Bergé. Ce qui leur donnait potentiellement à l’horizon 2021 60% des parts de la société éditrice. Le pôle « d’indépendance » qui regroupe les journalistes et contrôle 25% des parts réclamait un droit d’agrément en cas de nouvelle participation d’un tiers au capital. En clair un droit de choisir un nouvel actionnaire ou de refuser une montée en puissance d’un actionnaire présent.

Droit d’agrément signé

Après de longues arguties et des négo­ci­a­tions qui ont dû être ardues, Niel et Pigasse ont signé un droit d’agrément le 23 sep­tem­bre 2019. Ce droit per­met au pôle dit d’indépendance de refuser l’entrée d’un nou­v­el action­naire de con­trôle. Une mesure de défi­ance con­tre Daniel Kretinsky, d’autant que celui-ci dis­poserait d’une clause con­fi­den­tielle lui per­me­t­tant de racheter la total­ité des parts de Pigasse.

Prix plancher pour Pigasse

La clause de rachat de la total­ité des parts de Pigasse par Kretinsky serait supérieure à 100M€. Une somme très supérieure aux investisse­ments du ban­quier de Lazard. Ce dernier obtient une clause de prix planch­er en cas de ventes de ses parts (on imag­ine pour la total­ité de celles-ci) à hau­teur de 57M€, soit ce qu’il aurait déjà investi.

Une future Fondation ?

Allant plus loin, Pigasse – qui sem­ble en posi­tion de faib­lesse et acculé par les dettes con­trac­tées par ses investisse­ments dans les médias – accepte de repren­dre les dis­cus­sions autour des 20% de Prisa pour que Niel en reprenne la moitié, les deux co-gérants étant à égal­ité en cap­i­tal. La créa­tion d’une fon­da­tion est évo­quée les action­naires ne pou­vant alors don­ner une valeur liq­uide à leurs parts.

Kretinsky sur la réserve

Daniel Kretinsky n’a pas signé l’accord avec le pôle d’indépendance. S’il a déjà dépen­sé plus de 50M€ pour 13,3% des parts, ceci ne lui donne que peu de levi­er. Xavier Niel pour le moment sort vain­queur de cette recom­po­si­tion. Après la reprise de Nice-Matin, il devient un poids lourd poli­tique en France. Investis­sant dans les médias « pour que les jour­nal­istes ne l’emmerdent pas » il a com­pris qu’un indus­triel mis­ant à perte dans des quo­ti­di­ens gag­nait une influ­ence économique et poli­tique incom­pa­ra­ble, des entrées à tous les niveaux et une vis­i­bil­ité cul­turelle. Pôle « d’indépendance » ou pas, Niel devient l’homme fort du quo­ti­di­en du soir, il saura se faire intel­ligem­ment respecter. Ain­si que ses intérêts bien compris.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.