Accueil | Actualités | Médias | Droits sportifs : le CSA veut avoir son mot à dire
Pub­lié le 23 juin 2014 | Éti­quettes : , , , ,

Droits sportifs : le CSA veut avoir son mot à dire

Après la guerre acharnée entre Canal+ et BeIN Sports, qui a vu certaines compétitions migrer de la télévision gratuite vers la télévision payante, le CSA souhaite s’immiscer dans les négociations des droits sportifs.

Invité sur France Bleu Gironde vendredi dernier, le patron du Conseil supérieur de l'audiovisuel a déclaré qu'il fallait faire en sorte « que le sport et ses événements majeurs restent accessibles sur la télévision gratuite ». « Il y a d'une part une liste d'événements majeurs, notamment de nature sportive, obligatoirement diffusés sur des chaînes gratuites qui va notamment être étendue aux compétitions féminines », a ajouté Olivier Schrameck.

Aussi, les sages comptent bien avoir leur mot à dire sur les négociations autour des droits de diffusion des compétitions sportives. « Il y a la nécessité pour le CSA d'intervenir directement ou indirectement dans les négociations de droits sportifs », a-t-il confié, prenant exemple sur le tournoi de Roland-Garros « où il était question que France Télévisions ne puisse pas obtenir la possibilité de retransmettre l'ensemble des compétitions ».

Et celui-ci de conclure au sujet de l'accès des chaînes et des journalistes aux enceintes sportives et au contact des joueurs et des experts : « Pour l'instant, c'est à l'initiative des Ligues et des Fédérations. Cela fonctionne mal. Je m'en suis entretenu avec le secrétaire d'Etat chargé des Sports et nous souhaitons un texte qui permette au CSA d'intervenir afin de faciliter cette large diffusion du commentaire et de l'expertise sportive. »

Crédit photo : newyork via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux