Accueil | Actualités | Médias | Droits sportifs : le CSA veut avoir son mot à dire
Pub­lié le 23 juin 2014 | Éti­quettes : , , , ,

Droits sportifs : le CSA veut avoir son mot à dire

Après la guerre acharnée entre Canal+ et BeIN Sports, qui a vu certaines compétitions migrer de la télévision gratuite vers la télévision payante, le CSA souhaite s’immiscer dans les négociations des droits sportifs.

Invité sur France Bleu Gironde vendredi dernier, le patron du Conseil supérieur de l'audiovisuel a déclaré qu'il fallait faire en sorte « que le sport et ses événements majeurs restent accessibles sur la télévision gratuite ». « Il y a d'une part une liste d'événements majeurs, notamment de nature sportive, obligatoirement diffusés sur des chaînes gratuites qui va notamment être étendue aux compétitions féminines », a ajouté Olivier Schrameck.

Aussi, les sages comptent bien avoir leur mot à dire sur les négociations autour des droits de diffusion des compétitions sportives. « Il y a la nécessité pour le CSA d'intervenir directement ou indirectement dans les négociations de droits sportifs », a-t-il confié, prenant exemple sur le tournoi de Roland-Garros « où il était question que France Télévisions ne puisse pas obtenir la possibilité de retransmettre l'ensemble des compétitions ».

Et celui-ci de conclure au sujet de l'accès des chaînes et des journalistes aux enceintes sportives et au contact des joueurs et des experts : « Pour l'instant, c'est à l'initiative des Ligues et des Fédérations. Cela fonctionne mal. Je m'en suis entretenu avec le secrétaire d'Etat chargé des Sports et nous souhaitons un texte qui permette au CSA d'intervenir afin de faciliter cette large diffusion du commentaire et de l'expertise sportive. »

Crédit photo : newyork via Flickr (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This