Accueil | Actualités | Médias | Détenus d’origine étrangère : Le Monde joue avec les mots
Pub­lié le 7 octobre 2014 | Éti­quettes :

Détenus d’origine étrangère : Le Monde joue avec les mots

Dans un article qui s'inquiète des conditions carcérales des détenus étrangers, présentées comme plus difficiles que celles des détenus français, le journal Le Monde jongle avec les mots.

Citant un rapport de la CIMADE, une association d'aides aux immigrés et clandestins, le quotidien du soir affirme sans rougir qu'« en France, 20 000 détenus sont d’origine étrangère, soit 18 % de la population carcérale ».

C'était sans compter sur la vigilance du site Le Rouge et le Noir qui, dans un article de mise au point, rappelle que les chiffres de la CIMADE sont tout autres. En effet, une simple visite sur leur site permet de constater qu'il ne s'agit pas de 18 % de détenus « d'origine » étrangère mais de « nationalité » étrangère.

« Dans les prisons françaises environ 18% de la population carcérale est de nationalité étrangère », est-il écrit sur le site de la CIMADE. Or dans son article, Le Monde nous parle bien de détenus « d'origine » étrangère, ce qui change complètement la donne.

« Nous ne doutons bien évidement pas que les Décodeurs du Monde vont très rapidement se pencher sur cette nauséabonde intox, et rétablir, comme à leur habitude, les faits en nous donnant et le chiffre des ressortissants étrangers et le chiffre des personnes d’origine étrangère réellement présents dans les prisons française », conclut Le Rouge et le Noir.

Mais jusqu’à aujourd'hui, l'article du Monde n'a subi aucune correction...

Voir notre infographie du journal Le Monde

Crédit photo : Lionel Allorge via Wikimédia (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This