Accueil | Actualités | Médias | Depardieu traite une journaliste d’i‑Télé de « salope »
Pub­lié le 29 juin 2013 | Éti­quettes : , ,

Depardieu traite une journaliste d’i‑Télé de « salope »

Gérard Depardieu s’est fendu d’une nouvelle sortie contre une journaliste. Après avoir traité de « salope » une journaliste qui l’interrogeait sur la mort de son fils, l’acteur s’en est pris à Elena Volochine de la chaîne d’information en continu i>Télé.

Celle-ci avait réalisé un sujet sur la sortie d’un de ses films, « Turquoise », qui se déroulait en Tchétchénie. Elle avait évoqué un « appartement cadeau » offert à l’acteur par le président et avait dénoncé une politique dictatoriale et une communication très contrôlée autour du film.

Alors que la journaliste devait interroger Depardieu sur son nouveau film, « La marque des anges », celui-ci l’a vivement interpellé. « Viens voir toi ! Viens ici ! Qu'est-ce que t'as foutu ? », lui aurait-il lancé selon Le Canard Enchaîné. S’en est suivi un règlement de compte d’une quinzaine de minutes où l’acteur aurait traité la journaliste de « salope » en ajoutant : « va te faire baiser ». Il ne lui a évidemment pas accordé l’entretien souhaité.

Contacté par le journal satirique, Gérard Depardieu a confirmé et assumé ses propos, répétant que la journaliste était en effet une « salope » et concluant par un gracieux « Et merde au Canard ! » En pleine forme, Gégé.

Voir aussi : Depardieu juge les médias « proches » de Hollande

Crédit photo : Luca Ciriani via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This