Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Après Pénélope Fillon, emploi fictif au Canard enchaîné ?

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

4 septembre 2022

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Après Pénélope Fillon, emploi fictif au Canard enchaîné ?

Après Pénélope Fillon, emploi fictif au Canard enchaîné ?

Temps de lecture : 2 minutes

Pan sur le bec ! Le Canard aurait rémunéré une canarde (nous ne sommes pas certains que ce mot désigne uniquement la femelle du canard, mais nous osons le terme) pendant deux décennies aux frais du palmipède et pour des services bien vagues. Pénélope Fillon bien dépassée et de loin, voici Édith Escaro, rémunérée pendant plus de vingt ans pour « inspirer » son mari, le dessinateur André Escaro à la retraire depuis 1996. Une inspiration à 3M€ quand même.

Pénélope ? Des clopes !

Ce sont les arti­cles du Canard sous les sig­na­tures d’Isabelle Bar­ré, Christophe Nobili et Hervé Liffran sur le sup­posé emploi fic­tif (appels en cas­sa­tion en cours) de Péné­lope Fil­lon auprès de son mari François Fil­lon, qui avaient large­ment con­tribué à couler la can­di­da­ture de ce dernier à l’élection prési­den­tielle de 2017, gag­née par Emmanuel Macron. François Fil­lon et son épouse ont été con­damnés en appel en 2020 pour 612K€ de presta­tions fic­tives de cette dernière, ils se sont pourvus en cassation.

De la petite bière, de la menue mon­naie ! Là on par­le de 23 ans (plus deux années de piges) de fausse col­lab­o­ra­tion et de 1,5M€ de fraudes directes soit autour de 3M€ avec les charges.

Édith inspire et soupire

Édith ma sœur Édith ne vois-tu rien venir ? Si, mon bon Seigneur André, je vois (nous reprenons le com­mu­niqué offi­ciel de la direc­tion du Canard), un salaire men­su­el qui tombe pour « lire la presse », et « t’épauler en te mâchant le tra­vail », ain­si que pour « trou­ver le sel » de ton dur labeur de dessi­na­teur. Voilà une inspi­ra­tion forte­ment inspirée. Dites 3 ! Encore ! Oui, j’entends bien, cela fait 3M€, vous pou­vez vous rhabiller.

Dénonciation interne

Comme dans tous les milieux libéraux lib­er­taires, c’est l’envie qui règne. C’est sur une dénon­ci­a­tion de Christophe Nobili, jour­nal­iste et délégué syn­di­cal du palmipède que la belle Édith a été menée bien mal­gré elle sur le pavois. Gen­til Christophe s’est mis sous la pro­tec­tion du statut de lanceur d’alertes et a gen­ti­ment porté plainte con­tre la gen­tille direc­tion du Canard. Que ceux qui voient là une illus­tra­tion de la paille et de la poutre se fassent con­naître auprès de l’Ojim, nous fer­ons suiv­re à la basse-cour. Coin coin.