Accueil | Actualités | Médias | Dans les coulisses de la vente de Valeurs actuelles
Pub­lié le 24 mai 2015 | Éti­quettes : , ,

Dans les coulisses de la vente de Valeurs actuelles

Le magazine Lyon Capitale s’est penché sur la vente de Valeurs actuelles à Privinvest Medias, une filiale de Privinvest Holding SAL appartenant à l’homme d’affaire franco-libanais Iskandar Safa le 22 avril dernier. Et a déroulé une drôle de pelote qui nous conduit au Liban, en Libye… et à l’Élysée.

Mais que vient faire aujourd’hui Iskandar Safa dans Valeurs actuelles ? Qu’est-ce qui explique son intérêt soudain pour cet hebdomadaire qui a jusqu’ici défendu bec et ongles Nicolas Sarkozy, tout en essayant de capter le lectorat – et par extension l’électorat – d’extrême droite par ses unes lui ayant valu des condamnations pour “provocations à la haine” ? Pour comprendre toute l’affaire, digne des meilleurs romans d’espionnage, il faut commencer par le Liban.

Pour lire l’article en intégralité, c'est ici

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This