Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Covid-19 : Franceinfo ouvre grand la porte à la propagande gouvernementale

27 novembre 2020

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Covid-19 : Franceinfo ouvre grand la porte à la propagande gouvernementale

Covid-19 : Franceinfo ouvre grand la porte à la propagande gouvernementale

Mardi 17 novembre 2020, le « 8h30 Franceinfo » de Marc Fauvelle accueillait Marie-Paule Kieny, vaccinologue et présidente du comité scientifique vaccin covid-19 France. Un haut moment de propagande au cours duquel l’auditeur a pu apprendre bien des choses….

Vaccin mon beau souci

Marie-Paul Kieny n’est pas une invitée lamb­da dans l’émission de Marc Fau­velle : elle a été nom­mée par le gou­verne­ment à la tête du comité chargé d’évaluer les avancées sur le vac­cin con­tre le covid-19.

L’auditeur apprend beau­coup de choses, toutes plus ahuris­santes les unes que les autres, assénées comme des banalités :

  • Les taux (annon­cés par les entre­pris­es) de réus­site des vac­cins sont « une bonne sur­prise parce qu’on a beau­coup dis­cuté pour savoir quel devait être le taux d’efficacité min­i­mum d’un vac­cin pour qu’il soit mis en place, l’OMS avait sug­géré 50 % … et on a excédé ces 50 %, là c’est un résul­tat très intéres­sant ».
  • Durée de la pro­tec­tion ? Marc Fau­velle s’interroge en se référant au patron français du lab­o­ra­toire améri­cain Mod­er­na, dont il ne pré­cise pas com­bi­en ce lab­o­ra­toire est lié à Bill Gates : « il par­le d’une immu­nité de 6 mois, voir 12 mois, avez-vous des don­nées ? ». Réponse : « Je ne sais pas, nous n’avons jamais vu ces don­nées dans le comité, je pense que se posi­tion­ner sur une durée longue est un peu opti­miste mais nous en appren­drons plus au fur et à mesure de l’utilisation de ces vac­cins. Il fau­dra atten­dre pour con­naître l’efficacité dans la durée ».

Donc, des vac­cins s’apprêtent à être mis sur le marché mais ils pour­raient vac­cin­er pour une courte durée, ce qui n’est pas exacte­ment ce que l’on attend d’un vac­cin. Qui plus est, seul un essai grandeur nature sur les pop­u­la­tions don­nera une idée réelle de son effi­cac­ité. Sur Fran­ce­in­fo, cela s’exprime en toute tranquillité.

Marc Fau­velle veut en savoir plus. Madame Kieny pré­cise que « ce sont les autorités de régle­men­ta­tion qui don­nent les autori­sa­tions d’utiliser les vac­cins (…) ils auront sûre­ment accès à des don­nées que nous n’avons pas vues (…) on ne saura pas tout, au fur et à mesure de l’utilisation on pour­ra con­firmer l’efficacité dans la durée ».

Lequel sera le plus effi­cace, « fau­dra-t-il atten­dre les pub­li­ca­tions sci­en­tifiques ? » Réponse : « La dif­férence très nette tient au mode de con­ser­va­tion ». Avan­tage à Mod­er­na, dit-elle.

« On aura plusieurs vac­cins (…) Ce sont des vac­cins fab­riqués sur une plate­forme très nova­trice puisqu’on n’utilise pas du virus tué ou des pro­téines puri­fiés, c’est le matériel géné­tique, les gènes mêmes du virus qui sont admin­istrés directe­ment avec une seringue, et une fois qu’on a admin­istré ces gènes, ce sont eux qui se per­me­t­tent de fab­ri­quer la pro­téine d’enveloppe du virus dans la per­son­ne vac­cinée (…) on est très con­tents de savoir que cela fonctionne »

Résumons : des vac­cins de nou­velle généra­tion, géné­tiques, ayant la capac­ité d’agir sur les gènes des patients sont en passe d’être admin­istrés à la pop­u­la­tion mon­di­ale, à l’occasion de cette pandémie. Ce sont des vac­cins dont nous ne con­nais­sons pas la durée de l’immunité qu’ils apporteront, ni leur réelle effi­cac­ité, sinon ce qui est affir­mé par les lab­o­ra­toires fab­ri­cants, mais nous savons que c’est juste­ment leur util­i­sa­tion à grande échelle qui per­me­t­tra de les connaître.

On verra à l’usage

Rien de com­plo­tiste, c’est sur Fran­ce­in­fo et c’est à la respon­s­able du comité nom­mé par le gou­verne­ment que la radio s’adresse. Pour dire sim­ple­ment ce que les « com­plo­tistes » dis­ent chaque jour : que des vac­cins géné­tiques aux pro­priétés incon­nues des États con­cernés vont être admin­istrés en masse à des pop­u­la­tions civiles. Con­cer­nant l’efficacité des dif­férents vac­cins, selon les per­son­nes, les âges, Madame Kieny le dit : « De toute façon, cela on ne le sait pas, il fau­dra le voir à l’usage (…) À l’usage, les meilleurs res­teront avec nous sur la durée ». Autrement dit, ceux qui auront eu de mau­vais résul­tats seront élim­inés. De mau­vais résul­tats sur des êtres humains, s’entend.

Fau­velle veut des pré­ci­sions sur le vac­cin et demande s’il s‘agit bien de « matériel géné­tique­ment mod­i­fié que l’on met dans nos organ­ismes ». Réponse : « Évidem­ment, tout ce qui est nou­veau peut faire peur mais il faut savoir aus­si que les sci­en­tifiques humains et la pop­u­la­tion humaine est très ingénieuse, et surtout au moment des crises (…) on prend un gène, comme si vous aviez votre pro­pre gène qui per­met de vous don­ner les yeux bleus ou les yeux bruns, vous le manip­ulez un peu et vous l’utilisez comme un vac­cin. Ce gène est très frag­ile, il fal­lait le sta­bilis­er. Deux sociétés tra­vail­lent dessus, Mod­er­na et Pfiz­er ».

« La com­mu­ni­ca­tion des entre­pris­es est essen­tielle­ment dirigée vers les action­naires. On est dans une sit­u­a­tion où la final­ité par­ti­c­ulière des indus­tries cotées en bourse est de génér­er des revenus pour les action­naires (…) c’est plus facile de faire un com­mu­niqué de presse qu’une pub­li­ca­tion sci­en­tifique qui va être éval­uée par les pairs. Mais les deux sociétés se sont engagées à rédi­ger et à soumet­tre le plus rapi­de­ment pos­si­ble ces résul­tats à une revue à comité de lec­ture afin qu’ils puis­sent être éval­ués par le monde entier »

La ques­tion est avant tout celle des béné­fices des action­naires, c’est pourquoi il faut que les vac­cins arrivent vite et soient testés grandeur nature. Nor­male­ment, les résul­tats des entre­pris­es privées devraient être d’abord soumis à éval­u­a­tion par la com­mu­nauté sci­en­tifique. Ce n’est ici pas le cas : les vac­cins sont mis en œuvre, ils seront éval­ués après…

Un vaccin et un peu plus

  • Or, selon l’OMS un vac­cin ne suf­fi­ra pas. Madame Kieny : « C’est un out­il pré­cieux mais ce ne sera pas l’alpha et l’omega. Il fau­dra du temps pour immu­nis­er une part impor­tante de la pop­u­la­tion, encore plus dans les pays en voie de développe­ment. Pour arriv­er à inter­rompre la prop­a­ga­tion, il faudrait vac­cin­er 100 % de la pop­u­la­tion, avec un vac­cin 100 % effi­cace et qui dure toute la vie (…) On va pas éradi­quer ce covid, les chances qu’on y arrive sont qua­si­ment nulles. Sera-t-il endémique ? Epidémique ? (…) Ce virus, il mute toute le temps, pour le moment il n’y a pas d’indication que ces muta­tions ont un impact sur le vac­cin. Mais cela ne veut pas dire que cela n’arrivera pas. »
  • Les Français sont méfi­ants ? « quand on voit la cor­réla­tion entre le refus de la vac­ci­na­tion et la défi­ance con­tre le gou­verne­ment et con­tre le sys­tème en général, on voit que la par­al­lèle est évi­dente (…) On peut être trans­par­ents, expli­quer les béné­fices mais aus­si les risques, aucun acte médi­cal n’est sans risques. Il fau­dra être clair et trans­par­ent sur ces vac­cins. Le fait qu’ils peu­vent aider à pro­téger la per­son­ne vac­cinée mais aus­si ses proches, et être trans­par­ent sur les incon­vénients (…) J’espère que ça va se pass­er bien en France, les gens sont fatigués des con­fine­ments, des peurs… »

« On sait déjà que la mal­adie n’immunise pas con­tre une deux­ième infec­tion (…) ». Ceux qui ont été malades devront donc aus­si être vaccinés.

Complotisme gouvernemental ?

Fran­ce­in­fo dénonce sou­vent les théories du com­plot et voit des com­plo­tistes partout. Par con­tre, en ce mar­di 17 novem­bre 2020, la radio ne sem­ble pas s’être aperçue com­bi­en elle repre­nait et dif­fu­sait, en forme de pro­pa­gande gou­verne­men­tale offi­cielle, ce qu’elle pré­tend com­bat­tre habituellement.
Face à un virus qui se propage de façon impos­si­ble à con­tenir, des tombereaux de dol­lars sont don­nés à des lab­o­ra­toires privés. Ces derniers fab­riquent des vac­cins sup­posé­ment effi­caces mais dont l’efficacité sera con­nue une fois des vac­ci­na­tions grandeur nature réal­isées, car ces lab­o­ra­toires ne font pas véri­fi­er leurs résul­tats, con­traire­ment à l’usage, par la com­mu­nauté sci­en­tifique, même s’ils ont signé des claus­es con­tractuelles promet­tant de le faire… après. Ces vac­cins ne suf­firont pas à lut­ter con­tre le virus, n’immuniseront sans doute pas (?) sur la longue durée, sont pro­duits par des entre­pris­es dont l’une, au moins, est pointée du doigt du fait de ses action­naires. Ces derniers sont des­tinés à être les béné­fi­ci­aires de l’opération et c’est nor­mal. On oublie quelque chose ? Ah oui… ces vac­cins pour­raient peut-être mod­i­fi­er géné­tique­ment l’être humain, créant des HGM comme il y a des OGM.

Mar­di 17 novem­bre 2020, sur Fran­ce­in­fo, la réal­ité ressem­blait au com­plot à s’y mépren­dre. On aurait dit la suite de Hold-up. En moins intéressant.

Voir nos articles sur Hold-up

Derniers portraits ajoutés

Jean-Pierre Pernaut

PORTRAIT — Il est le jour­nal­iste le plus détesté de la bobocratie médi­a­tique parisi­enne (Les Inrocks, Libéra­tion, etc…) mais son « Jour­nal de 13 heures » est le plus suivi du PAF (près de 7 mil­lions de per­son­nes quotidiennement).

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.