Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Coronavirus : les médias suisses entre dramatisation et absence de questionnement

9 avril 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Coronavirus : les médias suisses entre dramatisation et absence de questionnement

Coronavirus : les médias suisses entre dramatisation et absence de questionnement

Nous empruntons à notre excellent confrère suisse L’Antipresse le témoignage de deux journalistes spécialisées dans les domaines de la santé et l’investigation (www.re-check.ch). Entre autorités fédérales imprécises et médias cédant au sensationnel ou bien peu curieux, les Français se sentiront moins seuls… Les sous-titres sont de notre rédaction.

Émotion et anxiété

Nous obser­vons avec préoc­cu­pa­tion que la cou­ver­ture médi­a­tique actuelle de l’épidémie de coro­n­avirus est avant tout anx­iogène et émo­tion­nelle. Cela tient au moins à deux fac­teurs : d’un côté, à une présen­ta­tion des chiffres qui ne per­met pas de se faire une idée aus­si réal­iste que pos­si­ble de la grav­ité de l’épidémie et de la manière dont elle évolue en Suisse ; de l’autre, à la ten­dance à mon­ter en épin­gle des cas indi­vidu­els peu représen­tat­ifs ou des sit­u­a­tions très par­ti­c­ulières comme celle de Bergame (Ital­ie), sans mise en per­spec­tive.

De fait, le pub­lic suisse ne dis­pose pas des infor­ma­tions néces­saires dont il aurait besoin pour juger si les mesures pris­es au nom de sa pro­tec­tion lui sem­blent accept­a­bles et jus­ti­fiées, notam­ment au regard des effets négat­ifs que les­dites mesures déploient déjà et déploieront de plus en plus, en par­ti­c­uli­er sur la san­té des habi­tants.

Informations partielles et partiales

Les autorités fédérales ne four­nissent pas cer­tains indi­ca­teurs qui per­me­t­traient d’analyser la sit­u­a­tion sur les meilleures bases pos­si­bles et, mal­heureuse­ment, dans la grande majorité des cas, les médias ne les leur récla­ment pas.

Ces infor­ma­tions indis­pens­ables que les autorités ne com­mu­niquent pas de manière proac­tive, ce sont par exem­ple l’évolution du taux de létal­ité (case fatal­i­ty rate ou CFR), les critères en fonc­tion desquelles les tests sont menés ou encore la base sur laque­lle les décès sont attribués à COVID–19 (suf­fit-il qu’un patient qui décède en étant por­teur de l’infection à coro­n­avirus pour dire qu’il est décédé « à cause de COVID–19 » ou d’autres critères sont-ils appliqués ?). Et mal­heureuse­ment, à notre con­nais­sance, pra­tique­ment aucun jour­nal­iste ne les leur a réclamées. En lieu et place, l’Office fédéral de la san­té publique (OFSP) et la grande majorité des médias con­tin­u­ent à présen­ter sys­té­ma­tique­ment en pre­mier le nom­bre cumulé de cas iden­ti­fiés et le nom­bre cumulé de décès, ce qui ren­force jour après jour chez le pub­lic l’impression infondée d’une épidémie qui se répand comme une traînée de poudre et rav­age notre pays.

Absence de modèles

Impres­sion infondée car, à ce jour, les mod­èles qui prévoy­aient une évo­lu­tion dra­ma­tique sus­cep­ti­ble de met­tre en péril nos infra­struc­tures de san­té se sont avérés erronés : nos unités de soins inten­sifs ne sont pas débor­dées, au con­traire, elles ont même suff­isam­ment de capac­ités pour accueil­lir plusieurs dizaines de patients venus de France. Et même en Ital­ie, une analyse plus atten­tive révèle que la sit­u­a­tion extrême­ment dif­fi­cile que con­nais­sent la Lom­bardie et, dans une moin­dre mesure, l’Emilie-Romagne sem­ble rester cir­con­scrite à cette zone géo­graphique, aucune autre région n’a con­nu d’évolution sim­i­laire.

La capac­ité man­i­feste des hôpi­taux suiss­es à mobilis­er rapi­de­ment les ressources néces­saires pour absorber une éventuelle flam­bée de cas graves et la sin­gu­lar­ité du drame lom­bard qui ne s’étend pas au reste de l’Italie sont des nou­velles ras­sur­antes. Elles représen­tent aus­si des infor­ma­tions très impor­tantes qui devraient être davan­tage mis­es en avant et traitées pour éclair­er les déci­sions actuelles et futures en matière de poli­tique de san­té publique et de restric­tions imposées à la pop­u­la­tion.

Mal­heureuse­ment, ces aspects sont régulière­ment éclip­sés au prof­it de pro­pos angois­sants. Deux exem­ples illus­trent bien cette ten­dance : lors du point de presse du 19 mars à Berne, les autorités fédérales n’ont pas hésité pas à qual­i­fi­er de « dra­ma­tique » la sit­u­a­tion dans le can­ton du Tessin sans fournir de chiffres étayant cette affir­ma­tion. Et le 28 mars, l’OFSP a décrit comme « énorme » le chiffre de 280 per­son­nes sous res­pi­ra­tion arti­fi­cielle en Suisse — sans être pour autant en mesure de fournir une indi­ca­tion sur ce que serait la « nor­male » dans le domaine. Les médias n’ont pas insisté pour que les pro­pos soient pré­cisés ; dans le sec­ond cas, le jour­nal­iste s’est même excusé d’avoir posé la ques­tion et aucun de ses col­lègues présents n’a bronché.

Dans le même esprit, le con­seiller fédéral Alain Berset a pu affirmer que « la crise » allait « dur­er jusqu’en mai » sans que le média qui l’interviewait ne lui deman­der d’expliquer ce qu’il entend con­crète­ment par là, et sans que les médias qui l’ont cité par la suite ne jugent néces­saire de chercher à en appren­dre davan­tage.

Censure à l’œuvre

Nous sommes enfin très préoc­cupées par cer­tains indices qui sug­gèrent qu’il existe un con­trôle de l’information par le gou­verne­ment, voire que la cen­sure est à l’œuvre. Com­men­tant les résul­tats inter­mé­di­aires d’une enquête qu’il mène actuelle­ment sur le sujet auprès des jour­nal­istes, l’association de jour­nal­istes Impres­sum rel­e­vait avec inquié­tude dans sa newslet­ter du 1er avril:

« Sur les 118 per­son­nes qui ont répon­du, cer­taines rela­tent l’interdiction d’accès de pho­tore­porters sur des ter­rains publics allant par­fois jusqu’à la cen­sure par la police. Il ne s’agit pas de cas isolés — un tiers des répon­dants ont déjà été empêchés dans leur tra­vail jour­nal­is­tique. Cer­taines autorités de ges­tion de crise can­tonales s’efforcent vraisem­blable­ment de con­trôler toute l’information pub­liée. »

Dans une sit­u­a­tion aus­si con­fuse et ten­due que celle que vit la Suisse aujourd’hui, il est essen­tiel que les médias assu­ment pleine­ment leur fonc­tion : en refu­sant de se laiss­er intimider et de céder à l’autocensure, en deman­dant des comptes aux autorités, et met­tant tout en œuvre pour fournir aux citoyens des infor­ma­tions véri­ta­ble­ment per­ti­nentes qui leur per­me­t­tent de com­pren­dre les ten­ants et les aboutis­sants de la sit­u­a­tion actuelle.

Catherine Riva, Serena Tinari

Cather­ine Riva et Ser­e­na Tinari sont toutes deux des jour­nal­istes d’enquête spé­cial­isées dans l’investigation des sujets de san­té et dans l’enseignement de méth­odes d’enquête dans ce domaine. En 2015, elles ont fondé Re-Check, une organ­i­sa­tion indépen­dante spé­cial­isée dans l’enquête et le map­page des affaires de san­té (re-check.ch, @RecheckHealth).

Source : antipresse.net

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision