Accueil | Actualité de l'Ojim | Identitaires, déontologie et accueil des journalistes
Pub­lié le 6 novembre 2012 | Éti­quettes : , , ,

Identitaires, déontologie et accueil des journalistes

Après l’occupation d’un chantier de mosquée en construction à Poitiers par le groupe « Génération Identitaire », les médias étaient nombreux à Orange pour la 3ème Convention Identitaire les 3 et 4 novembre. Cette réunion où l’Ojim avait été conviée fut marquée par un incident avec l’AFP, l’envoyé de l’agence se voyant refuser l’entrée par les organisateurs le dimanche matin. Déroulé des évènements.

Complément d’enquête (France 2), i>télé, Vaucluse Matin, Le Monde, L’Humanité, les médias ne manquaient pas dans l’immonde « Palais des Princes » verrue architecturale et legs de la précédente municipalité de la ville d’Orange (Vaucluse). Et bien entendu l’AFP qui fournit en informations toute la PQR (presse quotidienne régionale), les magazines, les radios, les télévisions et une bonne partie de la presse quotidienne nationale. Examen des faits.

Le samedi une première dépêche AFP (reprise par France Télévisions, voir notre site) indique que « Christian Vanneste ex député UMP s’est décommandé ». Mais Christian Vanneste est bien là comme l’attestent de nombreuses photos. Une erreur est toujours possible mais alors il faut corriger le tir. Aucun rectificatif ne viendra ni du représentant de l’AFP Andrea Bambino ni de France Télévisions.

Une deuxième dépêche dans la même journée insiste sur l’intervention – il est vrai très « floklorique » - du député européen italien de la Ligue du Nord Mario Borghezio oubliant les interventions autrement mesurées et plus longues de deux journalistes transalpins. Plus loin les tournures de phrases sont assez clairement péjoratives. Le maire d’Orange Jacques Bompard « s’est contenté » d’un message de soutien, Paul-Marie Couteaux du SIEL (un petit parti allié au FN) a envoyé « un très court » message de sympathie. Comme l’ensemble de la presse reprendra la dépêche AFP (1) son représentant aurait pu tourner sa plume dans l’encrier, sans compter le rectificatif jamais arrivé.

Conséquence les organisateurs retirent son accréditation à Andrea Bambino, Abel Mestre (voir son portrait sur notre site) du Monde se solidarise par twitter (« j’me barre aussi#Solidarité ») ainsi que le représentant de Golias. L’organisation était-elle dans son droit en refusant son accréditation ? Remarquons que la procédure – fort déplaisante – est courante dans les partis politiques, souvent de manière plus feutrée, on « fait savoir » que untel ou unetelle n’est plus persona grata et « qu’il serait préférable » de choisir quelqu’un d’autre.

Au total, une constatation et une question

Une constatation : tout le monde est perdant. L’AFP n’a pu travailler. Les organisateurs se privent d’une caisse de résonance majeure et l’incident devient le point focal de leur réunion. Une question : si l’envoyé de l'AFP avait eu un ton moins militant et un angle plus neutre toute cette affaire aurait-elle eu lieu ?

[divider]

(1) Parmi les médias qui reprennent la dépêche de l’AFP en tout ou en partie Le Berry républicain, Le Populaire du centre, la chaîne parlementaire LCP, La Croix, 2O minutes, Europe1, La République du centre etc, cette liste n’est pas exhaustive.

NB : L’Ojim utilise toute tribune démocratique qui lui est proposée. Comme indiqué à la tribune l’Ojim se rendra à toute invitation citoyenne qu’elle émane du PS, de l’UMP, du NPA etc. Ce qui n’implique pas bien entendu que l’Observatoire approuve tout ou partie de leur programme.

Crédit photo : Bloc identitaire

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.