Accueil | Actualités | Médias | Comment certains articles du Figaro sont aussi conformistes que ceux du Monde
Pub­lié le 3 juillet 2018 | Éti­quettes : ,

Comment certains articles du Figaro sont aussi conformistes que ceux du Monde

L’un est du matin et réputé de droite, l’autre du soir et réputé de gauche. Le Figaro apporte avec le Figarovox (souvent intéressant et non conformiste), un exutoire à son lectorat conservateur. Mais qu’en est il dans les autres pages du journal ? Les pages consacrées à l’international, à l’exception de Renaud Girard souvent isolé, sont pour la plupart très peu différentes de celles du rival du soir et épousent les poncifs libéraux libertaires. Un exemple avec un papier signé Richard Heuzé et consacré aux élections partielles municipales du printemps 2018 en Italie.

Une apparence d’honnêteté

Rien à dire sur le titre : Salvini fait gagner la Ligue en Toscane. En effet, Pise comme Sienne et d’autres, anciens bastions de gauche tombent dans l’escarcelle de la Ligue. Les chiffres sont justes et comme l’écrit le journaliste « En moins de quatre mois, le souverainiste Matteo Salvini a imprimé à la politique italienne un changement vertigineux ». Dont acte.

Une sémantique volontairement péjorative

Mais le diable se cache parfois dans le vocabulaire employé. Revue de détail.

La Ligue ? C’est un parti d’extrême droite tout comme son allié Fratelli d’Italia. Salvini utilise des thèmes simplificateurs et des provocations continues. Il conquiert ainsi un électorat désorienté (sans doute mieux orienté du temps de Renzi ou Berlusconi). Il mène une croisade contre l’Europe (deux fois, soulignons croisade), il exacerbe une insécurité plus ressentie que réelle (sous-entendu les migrants ne posent jamais de problèmes de sécurité, ça se saurait, demandez aux allemandes), et il a un style racoleur (contrairement à Renzi et Berlusconi, voir supra).

Cela ne suffit pas ? Ses campagnes flattent l’opinion publique, en accusant les ONG d’être complices des trafiquants. Richard Heuzé ne doit pas lire l’italien , ni l’anglais, ni le français, ni aucune autre langue, car la presse italophone comme internationale, regorge d’exemples où les ONG pseudo humanitaires deviennent de véritables organisateurs de migrations, parfois avec la complicité des passeurs. Voir notre revue de presse de juillet 2017 ici.

Mauvais accords avec les mauvais libyens

Au moment où le nouveau ministre de l’intérieur Matteo Salvini se trouve en Libye pour tarir une des sources de l’invasion, le papier du Figaro ne trouve rien de mieux que d’ironiser sur les gardes côtes libyens qui font bien leur travail (sous-entendu ce sont des brutes épaisses avec lesquelles l’Europe morale doit s’interdire de traiter) et prend un ton de reproche pour évoquer les propos du ministre qui déclare : Pour éviter les voyages de la mort il faut empêcher les barques de prendre le large. Pourtant une évidence de bon sens, aussi bien pour les européens que pour les candidats migrants. Même le Monde, pourtant peu tendre avec Salvini, ne parvient que rarement à accumuler autant de poncifs en aussi peu de phrases. Figaro ci, Figaro là, Figaro pas là du tout.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.