Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Charlie Hebdo : le « poison des millions »
Publié le 

4 avril 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Charlie Hebdo : le « poison des millions »

Charlie Hebdo : le « poison des millions »

Après le pactole touché suite à l’attaque subie le 7 janvier denier, Charlie Hebdo connaît ses premières tensions internes à propos de l’avenir du journal.

Réu­nis en col­lec­tif, une quin­zaine de mem­bres de la rédac­tion dont le dessi­na­teur Luz, Lau­rent Léger et Patrick Pel­loux, ont dénon­cé dans Le Monde les des­seins de la direc­tion quant à l’avenir du nou­veau Char­lie. Ces derniers craig­nent que leur jour­nal, « devenu une proie ten­tante, fasse l’ob­jet de manip­u­la­tions poli­tiques et/ou finan­cières ».

Ain­si dénon­cent-ils le « poi­son des mil­lions » et refusent-ils « qu’une poignée d’in­di­vidus prenne le con­trôle » de l’heb­do­madaire. Ils récla­ment un statut d’« action­naires salariés à part égale » qui leur per­me­t­trait « d’être impliqué dans la recon­struc­tion de ce qui est pour [eux] aujour­d’hui bien plus qu’un employeur ».

En ligne de mire, les actuels dirigeants du jour­nal : le dessi­na­teur Riss (directeur de pub­li­ca­tion), le directeur général Éric Portheault, le rédac­teur en chef Gérard Biard, et l’av­o­cat du jour­nal Richard Mal­ka. Quant au pactole de 30 mil­lions d’eu­ros gag­né après le drame, il est détenu à 40 % par la famille de Charb, à 40 % par Riss et à 20 % par Éric Portheault.

Dans leur tri­bune, les con­tes­tataires se dis­ent « exclus » d’une nou­velle for­mule en pré­pa­ra­tion. Con­tac­té par l’AFP, Lau­rent Léger, porte-parole du col­lec­tif, assure qu’il « n’est pas ques­tion de guerre » et qu’il pour­suit une « cause juste et morale […) en rien finan­cière ». Pour preuve, « les parts sociales dévolues ne don­neront aucun droit à div­i­den­des », explique-t-il.

Mal­gré ses 200 000 nou­veaux abon­nés, il fau­dra sans doute encore du temps pour que Char­lie Heb­do puisse se remette sur pied. Cepen­dant, il con­vient de rap­pel­er qu’a­vant la cat­a­stro­phe, le jour­nal était en grande dif­fi­culté avec seule­ment 30 000 exem­plaires ven­dus par semaine. Pas sûr qu’une fois le « pactole » et l’é­mo­tion épuisés, l’heb­do­madaire ne retourne pas dans les oubli­ettes de la presse d’où il était sor­ti.

Voir notre portrait de Laurent Léger

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

Nicolas Truong

PORTRAIT — Né en 1967, Nico­las Truong dirige les pages « Idées-Débats » du Monde. Il ne fait guère preuve d’honnêteté idéologique, ni ne fait mys­tère de ses pen­chants intel­lectuels pous­sant très loin à gauche le bou­chon de ses idées.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audi­ences.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision