Accueil | Actualités | Médias | Changement(s) de sexe à Radio France
Pub­lié le 1 juillet 2019 | Éti­quettes : ,

Changement(s) de sexe à Radio France

Il règne une sorte de folie LGBT++ à Radio France, où les minorités sexuelles s’imposent à la direction (que nous imaginons impuissante) et à la majorité (que nous imaginons réduite au silence). Cette folie favorise-t-elle, encourage-t-elle le changement de sexe comme une procédure pour ainsi dire commune voire souhaitable ? L’ancien médiateur de la radio (parvenu à l’âge de la retraite) a opéré son changement mais – trop tard – ne pourra être médiatrice.

Transphobie mon cher souci

Le bulletin d’information de Radio France du 17 mai 2019 est plein d’enseignements. Il célèbre la « Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie » et ce « depuis le début de la semaine et tout au long de l’année ». Michel Beauval, directeur de l’accélération et du partage de l’innovation, membre du Comité diversité et égalité de la radio a été désigné « Rôle allié dirigeant LGBT+ », chic !

Bien entendu Radio France est « partenaire du Gala des Out d’Or, tenu le 19 juin au Cabaret sauvage, une « cérémonie, de remise de prix de la visibilité LGBT+ » et participe à la « marche des fiertés » le 29 juin avec un « char partagé ». L’histoire ne dit pas si toutes ces manifestations reçoivent un financement de la radio. 

L’ancien médiateur qui aurait pu être médiatrice

Nous vous avons parlé plusieurs fois du rôle d’éducateur des consciences de Bruno D., ex médiateur de la radio, en mars 2018, puis en juillet de la même année. Ce médiateur épris de respectabilité, entendez par là la chasse au politiquement et sémantiquement incorrect, est célébré dans le même bulletin. Le 11 juin les membres du personnel ont eu la chance en exclusivité de rencontrer Béatrice (ex Bruno) pour recevoir « son témoignage sur son changement d’identité ». Un zoom de la rédaction de France Inter du 13 mai célèbre avec enthousiasme « cet accomplissement ».

Gageons que cette charmante évolution sera suivie de beaucoup d’autres et que – rêvons un peu – Sybile Veil deviendra Sébastien, le chef doit toujours donner l’exemple.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This